Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 17:44

Lorsque les manuels d’histoire me font frôler l’indigestion, je m’évade parfois par une autre forme d’histoire, littéraire et librement romanesque celle-là. Ma dernière lecture fût l’un des romans en vue de la rentrée littéraire 2008 : La meilleure part des hommes, de Tristan Garcia.

Je l’ai lu comme les principaux critiques littéraires nous conseillent de le lire : c’est-à-dire comme l’ouvrage encourageant d’un jeune écrivain.

Qu’elle ne fût pas ma surprise au fil des pages de m’apercevoir qu’il s’agissait là en fait d’une lecture mémorielle et croisée des histoires du sida et de l’homosexualité à la fin du XXème siècle.

 

Dès l’ouverture du livre, une mention introductive avait attiré mon attention :

« Les personnages de ce roman n’ont jamais existé ailleurs que dans les pages de ce livre. Si le lecteur juge cependant qu’ils ressemblent sous certains aspects à certaines personnes réelles qu’il connaît ou qu’il reconnaît, c’est simplement parce que, plongés dans des situations parfois comparables, personnes et personnages n’agissent pas autrement ».

Je reste perplexe ! Quand un scénariste ou un écrivain introduit son histoire par de telles précautions, c’est qu’il craint généralement à juste titre qu’on lui reproche de s’être un peu trop inspiré de faits réels.

Mon intuition s’est vérifiée dès les premières lignes. De jeunes homosexuels baignant dans une atmosphère d’extrême-gauche, pratiquant le journalisme comme une revendication politique, prétendant dresser une lecture philosophique du quotidien… J’avais l’impression d’être plongé au cœur des mouvements de libération homosexuelle des années 1970 que j'affectionne tant.

Certes, les noms ont été maquillés : Gai Pied est devenu Blason ; Act-Up est timidement dissimulée sour le pseudonyme de Stand-UP ; et les personnages sont une construction synthétique et multi-facette de plusieurs personnes réelles. Mais qui connaît bien cette période ne peut s’empêcher de lire ce roman comme un jeu de piste où chaque évènement, chaque trait de caractère, chaque parole renvoie à un référent historique précis. 

D’ailleurs, l’auteur nous encourage lui-même à ne pas trop nous éloigner de l’Histoire. Tel le Petit Poucet, il laisse ici et là des indices, des ancres sensées nous raccrocher à la réalité : l’héroïne est donc journaliste à Libération et elle nous rappelle régulièrement les grands évènements politiques de ces trente dernières années où Chirac, Balladur et Sarkozy n’ont quant à eux pas été masqués.

 

Une question m’a alors trituré l’esprit pendant toute la lecture de l’ouvrage : comment un si jeune écrivain pouvait-il avoir une connaissance si précise d’une période qu’il n’avait lui-même pas traversée ? Ayant lu ce roman sans m’informer sur son auteur, j’ai du me contenter de la courte biographie proposée par Gallimard :

« Tristan Garcia est né en 1981 à Toulouse. La meilleure part des hommes est son premier roman ».

Ce n’est finalement que dans les dernières pages du livre que j’ai compris la clef de lecture essentielle de toute l’intrigue. L’auteur y remercie « Jean Le Bitoux pour sa bienveillance, son aide et ses conseils ».

Et là, tout s’éclaire ! Voilà pourquoi cet ouvrage est si précis ! Voilà pourquoi il m’a semblé lire une véritable histoire romancée de l’homosexualité contemporaine vu par ses acteurs des années 1970 ! Voilà pourquoi à la qualité littéraire s’ajoute la justesse de l’analyse et l’intérêt des faits évoqués !

Ce livre est en fait un livre d’auteurS.

Il ne constitue pas encore l’histoire tant attendue de ces années passionnantes que les historiens laissent encore prudemment aux sociologues ; mais il ajoute sa pierre à l’immense édifice de mémorialisation qu’ont entrepris tous ces acteurs, pressés par le temps et soucieux de laisser une trace à l’histoire, avant qu’il ne soit trop tard, avant que le sida ne les rattrape…

 

Hélas, à laisser toutes ces traces se multiplier, ne nous éloignons-nous pas de l’histoire ? Annette Wieviorka a très bien expliqué dans sa thèse sur les témoignages des déportés en camps de concentration que la mémoire collective est un phénomène complexe, mais puissant, qui peut conduire à une orientation sensible de l’histoire, voire à des dérives et inventions dans certains cas. Ne doit-on pas dans une même logique entreprendre très rapidement une histoire des années sida par ses témoins encore survivants ? Certes, d’aucun me répondront que toute la population n’a pas été menacée par l’épidémie de sida, que la menace n’est d’ailleurs toujours pas éteinte. C’est justement dans cet aspect que réside tout l’intérêt d’une telle étude à mon sens : par la lecture d’une menace scientifiquement universelle, mais sociologiquement communautarisée.

Toute proportion gardée, ne peut-on pas considérer que nous venons de traverser une période de dénégation similaire au phénomène post-concentrationnaire face à la mortalité et qu’il est désormais temps de se confronter à son histoire pour mieux en saisir les enjeux et les « leçons de l’histoire » ? Plus généralement, je pense que l’historien doit mener une réflexion épistémologique sur son rapport avec ce sujet qu’il a délaissé jusqu’alors, considérant assez mystérieusement qu’il devait être strictement dévolu au territoire du sociologue.

 

L’appel est donc lancé : à quand une histoire du sida ? A quand une histoire de l’homosexualité ? A quand une histoire de (et non plus par) Jean Le Bitoux ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et homosexualités
commenter cet article

commentaires

Mickaël 29/11/2008 12:57

Pour info,
Le prix de Flore 2008 a été attribué jeudi, au premier tour et à l'unanimité, à Tristan Garcia pour son premier roman, La meilleure part des hommes.
C'est la première fois depuis la création en 1994 du prix de Flore, du nom du célèbre café de Saint-Germain-des-Prés à Paris, qu'un roman est distingué dès le premier tour à l'unanimité des membres du jury.
Créé dans l'esprit de se démarquer des autres récompenses littéraires, en distinguant plus particulièrement de jeunes auteurs, le prix est doté de 6.000 euros. Il a été décerné en 2007 à Amélie Nothomb pour son roman Ni d'Eve ni d'Adam.
Bonne lecture,

lili 11/10/2008 23:56

deux video de l'auteur sont en ligne sur le net :

http://www.dailymotion.com/video/x69ra0_tristan-garcia_news

http://livres.fluctuat.net/tristan-garcia/interviews/4900-Entretien-avec-Tristan-Garcia.html

Mickaël BERTRAND 12/10/2008 14:46


Une réaction à l’écoute de ces deux interviews (merci encore Lili),

Les propos de l’auteur sont vraiment passionnants à plusieurs titres, mais dans le cadre de ce blog, je me focaliserai sur les questions d’histoire et de mémoire.


L’interrogation récurrente que nous nous sommes posés et qui lui a été posée est : pourquoi une histoire d’une époque contemporaine que vous n’avez-vous-même pas connu ?


Réponse :


- son environnement familial (famille d’extrême-gauche),


- la volonté de saisir les héritages d’une époque dont il est directement l’enfant-héritier.


- combler un « vide de l’histoire ».


J’ai beaucoup aimé l’image de la frise chronologique révolutionnaire qu’il emploie pour justifier son choix. Les années 80s, pour la plupart, ce sont les années Mitterrand ! Une révolution en
quelque sorte ! La première fois (et la seule) dans l’histoire de la V° République qu’un homme politique de gauche accède à la présidence. Et pourtant, selon sa lecture, ce serait une
"fausse-révolution" politique. Dès lors, il préfère proposer une véritable révolution, celle qui part du peuple ! Or, dans les années 80s, la substantifique moelle
révolutionnaire à ces yeux, c’est la communauté homosexuelle. Sans qu’il ne le sache véritablement, il fournit la meilleure justification à mon article : celle d’écrire une histoire de
l’homosexualité intégrée à la société, et non plus communautarisée.


Bref, un auteur brillant réfléchi, et que l’on attend au tournant d’un Renaudot comme le digne successeur de Roger Peyrefitte (1944).



Leo 09/10/2008 11:58

Compte sur moi pour sortir mes plus beaux ciseaux dès que je vois un article là-dessus dans "Le Monde"!!

Mickaël BERTRAND 09/10/2008 14:35


Merci bien Léo ;-)


bartleby 08/10/2008 14:04

Votre article me rappelait aussi certaines déclarations de Tristan Garcia quand il explique pourquoi il a voulu écrire un roman sur cette période : elle est encore trop proche pour être cernée et étudiée par l'Histoire mais déjà suffisamment loin pour échapper aux médias et donc susceptible d'être investie par le romancier.

Mickaël BERTRAND 08/10/2008 20:46


Si vous pouvez me fournir les journaux et médias dans lequels il s'est exprimé, je serais très curieux de les lire. Je suis en effet passé à côté de toute la promo de cet ouvrage que j'ai découvert
un peu tard.
En revanche, en complément, et dans l'attente de précisions, les lecteurs de ce post peuvent lire l'ouvrage signé directement Jean Le Bitoux cette fois-ci, intitulé Citoyens de Seconde
zone (Hachette Littératures, 2003). Son titre peut rebuter au premier abord, mais c'est aussi un document très intéressant qui mêle le témoignage direct de Jean Le Bitoux à une analyse d'un
historien et d'un sociologue. C'est une expérience littéraire et scientifique très réussie qui mériterait d'être reprise pour d'autres thèmes.


lili 08/10/2008 13:19

Le plus déroutant pour le lecteur lambda c’est d’acheter un livre promu par l’éditeur et les premiers critiques comme une chronique soft de la fin du XXème siècle et de se retrouver submergé par un livre d’une grande force, à multiples facettes (philosophique, historique…), prouesse littéraire type exercices de style. Pourquoi ce jeu de cache-cache autour de ce livre et de son auteur si discret sur ses engagements et sa vie privée. On compte sur vous pour en savoir plus.

Mickaël BERTRAND 08/10/2008 20:41


Bonjour,
Je vais essayer d'être à la hauteur de vos attentes.
Nous aurons probablement à rediscuter de cet ouvrage (peut-être au moment des remises de prix littéraires...).
Son auteur acceptera peut-être un jour de donner quelques informations supplémentaires sur ses sources d'inspiration. Ce sera probablement très très très intéressant... d'ailleurs s'il tombait par
hasard sur ce blog... je serais très heureux d'entretenir une petite discussion publique sur ce support !