Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 22:00

Anagrammes-renversantes.jpg

Etiennes KLEIN et Jacques PERRY-SALKOW, Anagrammes renversantes, Paris, Flammarion, 2011

 

Il n'aura pas échappé aux lecteurs les plus fidèles que le rythme d'édition sur ce blog s'est accéléré depuis quelques semaines. Plusieurs raisons sont à l'origine d'une telle productivité : 

   1. Les visiteurs sont toujours plus nombreux et, souvent, ils me font l'amabilité de m'envoyer quelques messages et propositions d'articles trop intéressants pour ne pas être abordés sur ces pages.

   2. De nouveaux projets viennent compléter progressivement les articles traditionnels qui ont fait le succès de ce blog. Ainsi, l'ami Mémorice de France chronique désormais avec nous l'actualité historico-politique française très chargée en cette période pré-électorale.

   3. Enfin, avec une audience grandissante, les maisons d'édition et de production sont de plus en plus nombreuses à nous faire parvenir leurs nouveautés sous la forme de livres, de DVD ou encore d'invitations à des inaugurations d'exposition. Qu'ils en soient ici remerciés.

 

C'est dans ce contexte qu'il arrive parfois dans ma boîte aux lettres des objets pour le moins surprenants et pour lesquels le lien avec les problématiques de ce blog peut paraître impossible ou illusoire. C'est un peu l'impression que j'ai ressentie à l'ouverture du colis de chez Flammarion. Curieux de nature et modeste amateur des belles-lettres, je n'allais pas me faire prier pour m'isoler quelques heures et me plonger dans l'écume des mots. En revanche, écrire un article sur un blog traitant de questions historico-mémorielles à propos d'un essai écrit par un physicien et un pianiste sur les anagrammes relevait a priori d'un exercice de style aussi risqué que de demander à Mickael Vendetta d'écrire la suite des Cent Vingt Journées de Sodome du marquis de Sade. 

Et pourtant, il m'a été impossible de reposer ce livre avant d'en avoir goûté la dernière page et je vais désormais m'essayer à rassembler les miettes de cette bombance.

 

Il faut tout d'abord expliquer le principe de l'ouvrage.

Chaque page commence par une expression, un nom ou un proverbe qui enclenche un très court récit de quelques lignes... se concluant par un anagramme des premiers mots.

Ainsi, au bout de quelques pages seulement, on se prend au jeu et on voudrait lire toujours plus vite pour arriver au dénuement. Certains se surprendront à tricher pour aller directement jusqu'à la prouesse lexicale. D'autres, comme moi, se munieront d'un buvard encore marqué de leurs hésitations orthographiques d'enfance pour ménager le plaisir.

Parmi les sujets traités par les auteurs, la science (et Albert Einstein) revient régulièrement, probablement par déformation professionnelle d'Etienne Klein. Néanmoins, les sujets historiques sont légion et ils feront le plus grand bonheur des lecteurs de ce blog.

Léonard de Vinci est par exemple décrit par le mystère du génie et de la prolifération de son oeuvre : le don divin créa.

L'Origine du monde (de) Gustave Courbet n'a jamais été aussi bien analysée que par l'image de ce vagin où goutte l'ombre d'un désir.

A l'inverse, le marquis de Sade que nous évoquions ci-dessus ne se résume pas d'une critique trop souvent constituée d'aléas merdiques.

Marie-Antoinette d'Autriche quant à elle, peut difficilement mieux être peinte que comme cette amie (qui) hérita du Trianon.

 

Je ne multiplie pas trop les exemples, de peur de déflorer cet objet qui, plus qu'un livre, saura susciter l'amusement, l'envie, voire l'écriture.

On ne peut cependant ressortir de cette lecture sans une réflexion quasiment métaphysique sur ce que les auteurs appellent "le sens caché du monde". Que penser en effet de certains anagrammes qui semblent avoir été écrits pour que l'histoire un jour les décode ? Pourquoi la madeleine de Proust suscite-t-elle cet orgasme mémoriel si ce n'est pour éclairer la ronde ailée du temps ? Pourquoi le premier dirigeant noir à la tête des Etats-Unis devait-il s'appeler le président Barack Hussein Obama si ce n'est pour rendre hommage à Rosa Parks, à ce bien humble destin ?

 

Chaque année, j'offre à mes proches pour noël un petit livre que je souhaite partager. L'année dernière, comme de nombreux français, j'avais modestement contribué au succès de Stéphane Hessel dont je suivais le parcours sur ce blog bien avant qu'il n'invite ses concitoyens à s'indigner. Dimanche, ce sera au tour des Anagrammes renversantes de trouver leur place sous le sapin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Recensions
commenter cet article

commentaires