Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 12:31

 

Depuis les résultats du premier tour à l'élection présidentielle française, et le classement de Marine LE PEN en troisième position avec 18% des suffrages, une vague historico-mémorielle (pour ne pas dire hystérico-mémorielle) s'empare des médias et des réseaux sociaux.

 

Le premier journal a avoir lancé la polémique dans les kiosques est l'Humanité avec cette Une plutôt osée :

Une-Humanite-Sarkozy-Petain.jpg

 

Depuis, les militants se déchaînent sur Twitter et Facebook. Les affiches de propagande se succèdent pour diffuser l'idée d'un président-candidat aux racines intellectuelles vichystes :

Petain-fete-du-travail-1.jpg

Petain-fete-du-travail-2.jpg

 

Le raccourci est bien entendu excessif mais c'est un peu le principe d'une campagne électorale.

 

Quitte à utiliser le passé pour montrer les accointances entre l'UMP et les idées d'extrême-droite, autant mobiliser des faits évidents qui concernent directement les dirigeants actuels : je rappelle par exemple qu'à l'occasion des cantonales de 2011, les instances dirigeantes de l'UMP s'étaient refusées à donner des consignes de vote en cas de duel entre le Parti socialiste et le Front national au second tour.

 

L'indignation actuelle du président-candidat et de ses lieutenants est d'autant plus feinte et instrumentalisée qu'elle s'oppose à d'autres points Godwin beaucoup plus violents et radicaux qui n'ont pas été dénoncés avec la même vigueur dans le cadre du premier tour.

 

Le premier d'entre-eux apparaît sous la plume de Jean-Pierre RANOUX, conseiller municipal et membre du groupe d’élus Communistes et Républicains de Chenôve en Bourgogne.

Dans une tribune libre du bulletin municipal, il écrit : « M. Sarkozy […] considère que les corps intermédiaires, dont les syndicats, appartiennent à une élite glissée entre lui et son bon peuple. Le chancelier Adolph Hitler en 1933 a donné corps à cette idée en supprimant les syndicats… ».

Pierre JACOB, président du groupe UMP « Un nouveau souffle pour Chenôve », a alerté le préfet de Côte-d’Or, Pascal MAILHOS, mais la polémique n'a pas été reprise et exploitée à l'échelle nationale.

 

Le second point Godwin a été davantage relayé car il est le fruit d'un maestro en la matière : Jean-Marie LE PEN.

En marge du dernier meeting de sa fille Marine au Zénith de Paris mardi 17 avril, le président d'honneur du Front national a fait un rapprochement entre les initiales de l'actuel président de la République (NS) et celles du parti nazi (le national-socialisme). Filant la métaphore, entre autres traits d'humour visiblement réservés à un public d'initiés, Jean-Marie LE PEN a également comparé la place de la Concorde (où Nicolas Sarkozy a organisé un meeting) à Nuremberg, magnifique ville de Bavière tristement célèbre pour ses gigantesques rassemblements et manifestations en l'honneur d'Hitler.

 


Il faut reconnaître que Jean-Marie LE PEN est visiblement un spécialiste (et surtout un passionné) de la culture nazie.
Les commémorations de la Guerre d'Algérie ont en effet permis de rappeler récemment une histoire sordide à propos du président d'honneur du Front national.

Engagé volontaire dans le 1er régiment étranger parachutiste, le sous-lieutenant Jean-Marie Le Pen a participé à la guerre d'Algérie sous les ordres du général Paul Aussaresses en 1957.

Au cours d'une mission ayant conduit à la torture d'Ahmed Moulay (à l'eau, l'électricité, mais aussi le tailladage au couteau des commissures des lèvres), un des parachutistes français présent a oublié sa ceinture à laquelle était accroché un poignard. Récupéré courageusement par le fils de la victime alors âgé de 12 ans et ayant assisté à la scène, l'objet ne réapparaîtra qu'en 2003, date à laquelle l'envoyée spéciale du Monde à Alger réussit à le rapporter en France pour le présenter comme pièce à conviction à la 17ème chambre lors du procès en diffamation intenté par Jean-Marie Le Pen contre le journal.

La description offerte par la journaliste est sans appel : "En acier trempé, long de 25 centimètres et large de 2,5 centimètres, il s'agit d'un couteau du type de ceux qu'utilisaient les Jeunesses hitlériennes, fabriqué par des couteliers allemands de la Ruhr. La lame porte le nom de J.A. Henckels, fabricant à Solingen. Le manche, en partie recouvert de bakélite noire, est incrusté d'un losange dont l'écusson est tombé dans les années 1970, à force d'avoir été manipulé par les enfants Moulay. Sur le fourreau de ce poignard, on peut lire : J. M. Le Pen, 1er REP".

 

Est-ce cette expérience du passé qui autorise certains à pouvoir atteindre les sommets du point Godwin sans susciter la moindre indignation... ou bien la volonté de ne pas braquer des électeurs indispensables au second tour ? Quoiqu'il en soit, le point Godwin semble avoir une géométrie variable selon son auteur, son destinataire et l'époque à laquelle il est atteint.

 

 

Actualisation du 03 mai 2012 :

Nous avons appris ce jour la disparition de Mohamed Moulay, fils d'Ahmed Moulay, évoqué dans cet article. Malgré son histoire, il avait gardé une amitié respectable pour la France.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et point Godwin
commenter cet article

commentaires