Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 18:58

 

Un récent "appel à contribution" n'est pas passé inaperçu pour de nombreux lecteurs de ce blog qui m'ont signalé sa parution. Je me permets donc de le relayer pour tout le monde en espérant qu'il suscitera de nombreuses propositions.

 

Entre histoires et mémoires : la guerre au musée (cliquez pour atteindre l'annonce)

 

Outre ce relais éditorial, je me permets de modestes remarques sur son intitulé et sa présentation qui méritent d'ores et déjà un intérêt épistémologique.

 

Tout d'abord, rappelons que ce colloque est organisé par le très actif collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 (CRID 14-18), le programme ANR-POP « Les Présents des Passés », en partenariat avec le Conseil général de l’Aisne, le Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines Et Sociales de l’Université Paul Valéry-Montpellier III et le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC) de l’Université de Nice-Sophia Antipolis. C'est déjà un gage de sérieux non-négligeable.

 

La présentation du sujet, ensuite, est fort intéressante. Il ne s'agit pas en effet de recenser l'ensemble des lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale à l'échelle nationale et internationale, mais bien de proposer une problématisation des espaces muséographiques dans une démarche résolument comparatistes.

 

Dès lors, plusieurs thématiques émergent avec force : certaines sont esquissées par les organisateurs; d'autres, je l'espère, seront développées par les communiquants :

   - le "terroir mémoriel" : cette expression proposée par les organisateurs mériterait à elle seule une communication de synthèse. Peut-on considérer en effet que des mémoires émergeraient de la terre et s'y identifieraient comme la vigne sur un coteau ? Cela signifirait donc qu'en plus des mémoires partisanes, il existerait des mémoires géographiques. Mais sur quels fondements ? Avec quelles logiques de reproductions sociales ? Il y a déjà plus d'un an, j'avais tenté modestement de retranscrire cette impression étrange d'un "terroir mémoriel" après avoir passé quelques jours dans la région de Verdun. Malgré le parcours avisé et parfaitement organisé de mon guide, monsieur Lenelle, je n'étais pas parvenu à percer le secret de cette alchimie particulière entre un lieu et sa mémoire.

   - les acteurs et "entrepreneurs" de la mémoire sont finalement des bâtisseurs qui gravent dans la pierre ce que les conteurs d'histoires ne parviennent que difficilement à écrire dans les livres. D'ailleurs, quelles sont les relations entre ces deux groupes ? Un musée est-il nécessairement la traduction de connaissances historiques ? ou bien est-il davantage le porte-voix, du fait de ces obligations de financement, d'autres ambitions (politiques, utilitaires, etc.) indépendantes des voies de la connaissance. La construction européenne a-t-elle, par exemple, invité à minimiser progressivement notre lecture initialement partisane de la Grande Guerre ? L'essor récent du tourisme mémoriel international a-t-il également conduit à une globalisation des lieux de commémoration ? La présence d'un centre mondial de la Paix, des Libertés et des Droits de l'Homme à Verdun pourrait le faire penser. 

   - les récepteurs du message mémoriel sont enfin essentiels et ne devront pas être oubliés dans l'organisation de ce colloque. Qu'il s'agisse des touristes, des locaux ou des badauds, personne n'est plus censé être oublié dans la stratégie des concepteurs de projets mémoriels qui n'ont rien à envier aux méthodes de leurs homologues travaillant sur les zones de chalandises des grandes surfaces de consommation. Parmi les cibles potentielles, mon attention se porte tout particulièrement sur le public des scolaires en cette période de rentrée. Je serais en effet très intéressé par la lecture d'une communication sur l'évolution des dossiers pédagogiques envoyés aux enseignants depuis la fin de la Première Guerre mondiale (si une telle pratique peut être datée ainsi), ainsi que d'une analyse comparative franco-allemande du voyage mémoriel scolaire à Verdun. Dans un autre contexte, à l'occasion d'un voyage au Struthof avec des élèves de lycée, j'avais pu observer avec étonnement les fortes disparités dans ce domaine entre les deux rives du Rhin. il serait instructif de prolonger ce regard sociologique pour des périodes plus éloignés, telles que la Première Guerre mondiale.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Lieux de mémoire
commenter cet article

commentaires

choisel 19/06/2015 14:28

Bonjour. Mon père a combattu avec son char dans les dep. de l'Aisne,Marne en 1940;auberge ange gardien,Laffaux dans le 36° bataillon des chars de combat. Merci de visiter les sites http://insigne36bcc.monsite-orange.fr et http://charscombat1916-1940.monsite-orange.fr
cordialement