Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 06:06

 

Abstract: Canadian government launched a large project called "Promoting Canadian History" which includes a Canada History Week, a Government of Canada History Awards and a Canada History Fund endowed with 12 million dollars. All these projects can be however considered as rather defending national memory than history. 

 

James Moore, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, a présenté au mois de juin 2013 une série de nouvelles mesures visant à promouvoir l'histoire du Canada.

Cette annonce s'inscrit dans le cadre d'un phénomène récent de cristallisation autour des histoires nationales, ou plutôt du "roman national", qui s'illustre en France par de nouvelles polémiques sur l'enseignement de l'histoire française relancées à chaque rentrée depuis trois ans.

Force est de constater que le débat trouve des échos chez nos voisins britanniques,  au Quebec, en Italie, aux Etats-Unis et donc aussi au Canada.

Promoting-Canadian-History.jpg

 

Parmi les mesures annoncées figurent :

- Un Prix d'histoire du gouvernement du Canada à l'intention des élèves et enseignants qui s'illustrent par leur intérêt pour la célébration de l'histoire nationale. La gestion de ce prix est confié à un organisme national indépendant intitulé " Histoire Canada".

- Deux nouvelles Minutes du patrimoine par année d'ici au 150e anniversaire du Canada, en 2017.

- Une Semaine de l'histoire du Canada (du 1er au 7 juillet)

- Un Fonds pour l'histoire du Canada doté de 12 millions de dollars permettant de financer ces projets nationaux et d'autres programmes locaux.

 

Il est assez révélateur d'observer l'absence de mention du mot "mémoire" dans les discours du ministre, sur le site du gouvernement et dans les documents officiels présentant ce projet global de promotion de l'Histoire du Canada.

En comparaison, la France peut paraître singulière avec ses Fondations pour la mémoire (de la Shoah, de la Déportation, de la Guerre d'Algérie), mais aussi son nouveau concours des Petits artistes de la mémoire dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, et son traditionnel "Devoir de Mémoire" retrouvé partout sur les sites des ministères et dans les discours des hommes et femmes politiques.

 

Cette apparente distinction n'est pourtant qu'une façade linguistique. Dans les détails, le plan annoncé par le ministre James Moore s'inscrit bien dans une perspective mémorielle. Il justifie d'ailleurs une telle avalanche de moyens en précisant que "c'est un objectif qui devient important à l'approche du 150e anniversaire du Canada en 2017. Cet anniversaire nous offre une occasion sans précédent de célébrer notre histoire et toutes les réalisations qui ont contribué à faire du Canada le pays libre, fort et uni dans lequel nous vivons aujourd'hui ». En somme, il s'agit bien de préparer une échéance commémorative importante, tout en valorisant le récit national.


John G. McAvity, directeur général de l'Association des musées canadiens, confirme d'ailleurs cette impression en commentant cette annonce gouvernementale : "L'histoire du Canada nous entoure. Toutefois, elle est rarement enseignée à l'école".

Les élèves canadiens ne bénéficient en effet que de deux années d'enseignement d'histoire-géographie en primaine (7ème et 8ème année). Avant, ils reçoivent un enseignement plus général intitulé "Etudes sociales" ; Après, dans le secondaire, l'histoire est intégrée dans un conglomérat appelé "Sciences humaines et sociales" qui rassemble de la philosophie, de la psychologique, de la sociologie, de l'anthropologie à travers l'étude d'entrées thématiques telles que "Alimentation et nutrition", "Développement humain et vie familiale", "mode et habitation", etc.

Cette approche très anglo-saxonne de l'enseignement de l'histoire ferait s'évanouir en France les mignons de Louis XIV et provoquerait une révolte chez les généraux de Napoléon qui défendent encore aujourd'hui de toutes leurs forces la mémoire de leurs héros nationaux par l'intermédiaire de livres, de jeux vidéos, de parcs à thème, d'opéra-rock, de films... mais surtout à travers les programmes scolaires qui constituent à leurs yeux un sanctuaire dont la dimension sacrée impose le respect et l'intangibilité. 

A l'inverse, au Canada, toute tentative de réécriture des programmes au profit du roman national serait interprété comme une forme d'instrumentalisation politique dénoncée par les professionnels de l'enseignement. C'est pourquoi le gouvernement limite pour l'instant son action à d'autres secteurs en insistant lourdement sur son caractère "historien" alors qu'il s'agit essentiellement d'une entreprise "mémorielle".

Entre le modèle canadien et le modèle français, il serait peut-être possible de trouver un compromis satisfaisant ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et identités nationales
commenter cet article

commentaires

Mickaël BERTRAND 08/08/2013 16:38

Monsieur Deniau,

Le plan lancé par les autorités canadiennes me semble relever du "roman national" au sens où il s'inscrit justement dans une démarche commémorative qui exclut a priori la recherche et l'enseignement scientifiques en histoire au profit de prix, semaines, expositions qui sont initiés, et surtout financés, par l'autorité publique.
Je ne pense pas, comme votre message semble le laisser entendre, que le "roman national" ne se caractérise d'abord par une volonté de glorification au détriment d'éléments qui pourraient être moins flatteurs.
A mon sens, il se définit avant tout par l'émergence d'un récit historique contrôlé par le pouvoir politique... qui souvent en effet dresse un portrait plutôt flatteur et téléologique de la communauté nationale.

Bien cordialement,

Michel Deniau 08/08/2013 16:09

Monsieur Bertrand,

Si je suis comme vous intéressé et parfois intrigué par les phénomènes mémorielles et la résurgence d'un roman national en France (personnellement j'aurais même tendance à penser que la "dictature" de l'émotion et de la mémoire qui va prévaloir avec les cérémonies du centenaire de la Grande Guerre et des 70 ans de la période 1943-1945, pourrait être un nouvel avatar visant à un nouveau roman national [le peuple de France uni contre l'adversité etc...]), je ne vois pas en trop en quoi le phénomène canadien pourrait être un "roman national". Certes, si tout cela laisse le champ libre à des démonstrations uniquement glorificatrices du passé canadien, avez-vous des exemples d'événements peu flatteurs qui seraient ou seront opportunément oubliés parce qu'ils n'ont pas "contribué à faire du Canada le pays libre, fort et uni dans lequel nous vivons aujourd'hui" ?

Vous remerciant d'avance,

Michel DENIAU