Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 12:22


Lundi 12 octobre 2009. Les deux villes japonaises d’Hiroshima et Nagasaki (qui demeurent dans l’histoire comme ayant été victimes des deux seules bombes atomiques utilisées dans le cadre de Seconde Guerre mondiale) vont présenter une candidature commune pour les Jeux Olympiques de 2020.

L’association est audacieuse. Les villes qui se présentent pour accueillir les JO sont généralement un prétexte pour une candidature qui engage de fait l’ensemble du pays (Tokyo s’était présentée pour l’organisation des Jeux en 2016).

Ce qui est encore plus surprenant, c’est que le dossier préliminaire indique que cette candidature se place sous le thème de l’abolition des armes nucléaires et la paix dans le monde. L’information est surprenante car il est rare qu’un pays candidat avance d’autres arguments que celui de la promotion des valeurs sportives (qui véhiculent au sens large l’universalisme et donc la paix dans le monde par extension).

Il semblerait que les japonais exploitent ici une stratégie particulièrement intelligente qui pourrait s’avérer payante.  

Tout d’abord, rappelons que le lieu d’accueil est choisi par les membres du Comité Olympique International (CIO) composé de membres représentant la plupart des pays de la planète (La France est notamment représentée par Jean-Claude KILLY et Guy DRUT). La répartition n’est cependant pas équitable et l’on peut observer une surreprésentation des grandes puissances occidentales. Le processus de désignation des villes d’accueil font d’ailleurs souvent l’objet de tractation longues, compliquées et parfois obscures (des scandales financiers ont éclatés au moment de la désignation de Salt Lake City en 1998) et de pressions diplomatiques (le Président Obama s’est récemment déplacé afin de soutenir la ville de Chicago pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2016). En somme, la désignation d’une ville d’accueil pour les JO est un véritable moment de cristallisation des relations internationales.

Dès lors, l’objectif est de réunir un maximum de soutiens derrière une candidature. C’est dans ce cadre que le projet d’Hiroshima-Nagasaki est particulièrement intéressant car il entend exploiter la mémoire victimaire de la Seconde Guerre mondiale (qui par définition a touché quasiment l’ensemble de la planète) et notamment l’épisode dramatique des deux bombes atomiques lancées par les américains pour mettre un terme au conflit en Pacifique (inaugurant ainsi l’"ère atomique" qui rassemble aussi une grande partie de la planète sous un même trait culturel).

Ce projet est d’autant plus intelligent qu’il place les Etats-Unis dans une position inconfortable. La présentation anticipée  du projet d’Hiroshima-Nagasaki rend en effet difficile pour les Etats-Unis la présentation d’une candidature concurrente puisqu’ils sont considérés comme les responsables historiques du largage des deux bombes en question. On s’attend donc de leur part qu’ils apportent un soutien aux japonais et qu’ils renoncent à une éventuelle candidature américaine.

Cette position est d’ailleurs renforcée depuis l’élection de Barack Obama à la Présidence des Etats-Unis qui multiplie les interventions publiques pour prôner la diminution des armes et équipements nucléaires. Le calendrier choisit pour l’annonce de cette candidature n’est d’ailleurs pas anodine. Elle intervient seulement deux jours après que ce même Barack Obama ait été gratifié d’un prix Nobel de la Paix particulièrement controversé puisque ses positions demeurent pour l’instant au stade de la déclaration d’intention. Donc acte : les japonais semblent lui lancer un défi et attendre probablement du jeune Nobel qu’il honore ses engagements par un désistement symbolique au détriment des intérêts nationaux américains (la mention du terme « Obamajority » en fond sur la photographie officielle de l’annonce apparaît dès lors comme un clin-d’œil peut-être involontaire mais plutôt ironique…)

 

                                     Présentation conjointe du projet de candidature par les maires d'Hiroshima et Nagasaki


D’un point de vue mémoriel, le projet s’inscrit également dans une perspective commémorative puisque les JO sont organisés durant la période estivale. Or, les 6 et 9 août 2020, l’humanité fêtera le soixante-quinzième anniversaire de cet évènement tragique. Il est donc fort probable que l’ensemble de la candidature d’Hiroshima-Nagasaki repose sur cette colonne vertébrale et c’est pourquoi les organisateurs ont décidé d’inclure le thème de l’abolition des armes nucléaires et la paix dans le monde au cœur du projet.

Si cette candidature aboutie (et il sera très intéressant d’observer son cheminement progressif dès les premières esquisses du projet), elle pourrait devenir l’une des plus grandes manifestations mémorielles à l’échelle globale de la planète.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et identités nationales
commenter cet article

commentaires