Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 17:09

Mémorice Président

 

Je ne suis visiblement pas le seul à penser que l'enjeu de la prochaine éléction présidentielle est historique. Tout dépend maintenant de la signification que chacun place derrière ce terme. 

 

Cette semaine dans Libération, l'humoriste-trublion Stéphane Guillon s'est essayé à un exercice intéressant qu'il était impossible de ne pas relayer sur ce blog (à lire ici).

Dans un billet intitulé Le quiquennat de la mort, il dresse la situation d'un séminaire d'historiens et sociologues se réunissant le 6 mai 2032 pour débattre 30 ans après de la victoire de Nicolas Sarkozy aux élections présidentielles.

 

En sciences humaines et sociales, cette pratique a un nom : il s'agit d'histoire contrefactuelle ou d'uchronie. Certains tentent même depuis quelques temps d'en faire un champ disciplinaire reconnu et un renouvellement historiographique capable de redonner un peu de vie à une discipline qui ne cesse de s'essoufler, jusqu'à en faire tomber les dernières miettes du haut de la falaise (Je me dois de préciser ici que le responsable de ce blog a tenu à ajouter ce paragraphe en m'expliquant que ses lecteurs François Dosse et Roger Chartier comprendraient... Si tel est le cas, merci de m'expliquer !)

 

Bref, je reprends le contrôle de la plume pour préciser que si Stéphane Guillon souhaite reproduire l'exercice, il est le bienvenu dans notre équipe de campagne. Son article s'inscrit en effet parfaitement dans la logique de ma candidature.

La question qu'il place dans la bouche de nos futurs enfants est d'ailleurs particulièrement pertinente (le "nos" étant ici théorique et généralisant ; Stéphane et moi-même n'avons pas encore consommé notre union) :

«Comment nos parents ont-ils pu se faire b… une seconde fois ?» 

Certes, je vous accorde que nos enfants finiront forcément un jour par prononcer cette phrase, que ce soit pour commenter l'élection présidentielle de 2012, les négociations économiques et écologiques en cours et à venir, ou bien la dernière énormité qu'ils viennent de nous faire avaler pour mieux nous cacher qu'ils vont à une Hell Party, écouter du Sanmon et absorber du Cuicui (inutile d'aller chercher sur Google, tous ces noms viennent d'être inventés pour coller avec l'uchronie que je vous distille progressivement depuis quelques lignes).

Sous une formulation un peu rustre, ce que l'humoriste essaie donc de nous faire comprendre relève d'une réflexion sur la postérité. Eh oui ! Vous ne vous en étiez peut-être pas rendu compte à la lecture de son billet, mais Guillon a chatouillé votre intellect au plus profond et révélé votre capacité à mettre en lien le passé, le présent et le futur.

 

Le passé tout d'abord. Qui se souvient encore des vacances indécentes sur le yacht de Bolloré ? De la soirée au Fouquet's ? Des rolex ? Du plan com' autour d'une rencontre dysneylandisé avec Carla ? De son silence parallèle face aux affaires qui n'en finissent pas, d'Hortefeux à Woerth en passant par Amara ? Qui se souvient de ses promesses de campagne ? De son assurance en parlant d'une République irréprochable ? De son orgueil à affirmer qu'on ne serre pas la main à un dictateur ? De son mépris enfin en promettant que personne ne logerait plus dehors sous sa présidence ?

 

Le présent, lui, sera bien tourmenté dans les prochaines semaines. La crise, ce mot tellement insignifiant pouvant désigner autant la fin du monde qu'une dispute conjuguale, sera sur toutes les lèvres. Et pendant ce temps bien sûr, il ne sera pas question de regarder dans le rétroviseur. La situation tragique (ou présentée comme telle) nous obligera à regarder droit devant, à fixer un cap, quitte à resserer parfois les oeillères pour ne pas trop voir ceux, nombreux, qui seront alors laissés au bord de la route.

 

Le futur sera quant à lui présenté comme rayonnant, resplendissant ; que dis-je, éblouissant ! La gauche, le centre, la droite et leurs extrêmes respectifs voudront nous faire croire qu'ils détiennent LA solution à tous nos problèmes. C'est de bonne guerre et c'est le principe de la politique : essayer de faire croire aux citoyens que tout peut-être réglé en quelques propositions infantilisantes quand on sait pertinnement que le monde est bien plus complexe.

 

Moi, Mémorice de France, je vous exhorte de voter pour celui qui ne vous méprise pas suffisament au point de penser qu'il faille caricaturer le monde au même niveau que les histoires que vous raconter chaque soir à vos enfants. Dans les deux cas, c'est le même but qui est recherché : l'endormissement.

Moi, Mémorice de France, je vous conseille de relire votre histoire pour ne pas reproduire les mêmes erreurs que nos prédecesseurs.

Moi, Mémorice de France, je vousinvite à rejointe mon mouvement et à soutenir ma candidature.

 

Pour écrire ensemble l'histoire, sans perdre la mémoire

Mémorice de France

 

Soutenez notre campagne sur facebook (cliquez ici) et sur twitter (cliquez ici).

Vous pouvez notamment :

   - proposer de nouvelles idées d'articles

   - participer à la diffusion et au soutien de notre candidature

   - proposer vos services pour l'amélioration du graphisme de notre site.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et politique
commenter cet article

commentaires