Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 12:15

 

... quand les européens ont l'histoire courte !

Au lendemain de la visite du président chinois Hu Jintao en Europe (avec un passage remarqué en France), il était de bon ton parmi les conseillers proches du pouvoir présidentiel de rappeler que la question des droits de l'homme pouvait s'avérer sensible et qu'il n'était pas nécessairement judicieux de froisser la susceptibilité de nos riches créanciers asiatiques. Soit. Pour reprendre une expression chère à notre Président de la République, les questions sensibles ont donc été balayées discrètement "sous le tapis" pour mieux mettre en valeur les juteux contrats commerciaux. L'argument principal avancé notamment par Jean-Pierre Raffarin consistait à expliquer que la Chine faisait des efforts dans ces domaines et qu'il n'était pas nécessaire de vouloir absolument braquer nos amis chinois en voulant leur imposer des pratiques et des valeurs qui s'inscrivent dans un long cheminement de la civilisation européenne qui ne serait pas directement et immédiatement transposable dans la culture chinoise. Soit.  

Hu-jintao-en-France.jpg

 

Au-delà des belles paroles qui n'en dissimulent pas moins des ambitions économiques et commerciales trop évidentes, il est intéressant de s'arrêter quelques instants sur cet argument qui ne manque pas pour autant d'intérêt à mon avis. Si l'on veut bien dépasser le stade de la rhétorique convenue, on pourra s'arrêter quelques instants sur l'histoire récente des rapports entre la Chine et l'Europe. On se souviendra alors que les conflits ont parfois été violents, notamment au cours du XIXe siècle.  On pensera notamment à la façon dont les européens ont envahi le marché chinois à coup de fusils au cours des guerres dites "de l'opium" durant lesquelles on entendait échanger le thé chinois si réputé en Grande-Bretagne contre cette drogue aux effets dévastateurs sur les sociétés asiatiques.

guerre-de-l-opium.jpg

La guerre de l'opium est un évènement encore vif dans la mémoire chinoise. De nombreuses oeuves évoquent encore régulièrement ce sujet, comme ce film de Yapian Zhanzheng. 

 

Comment donc ne pas comprendre aujourd'hui le mépris des dirigeants chinois (et d'une majorité de la population) face aux injonctions bien-pensantes des occidentaux ? Dans une société qui s'interroge beaucoup sur son histoire ancienne et sa mémoire, le souvenir de cette période  traumatisante est encore vif dans les esprits.  

Je n'insinue pas dans de tels propos que l'on doit laisser les chinois exécuter des innocents, persécuter les tibétains et emprisonner les opposants politiques. Néanmoins, peut-être devrait-on envisager de pouvoir évoquer ces questions plus librement avec eux, en reconnaissants que nous avons nous-mêmes commis des erreurs.

Mais pour cela, il faudra accepter de sortir la poussière de sous le tapis, quitte à retarder la signature de certains contrats commerciaux après 2012. Décidément, le temps mémoriel ne s'adaptera jamais assez au temps politique.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et identités nationales
commenter cet article

commentaires