Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:14

Mémorice Président

 

J'ai reçu hier soir le coup de fil d'un ami en pleurs. D'un naturel plutôt confiant, qu'on qualifie d'ailleurs volontiers d'arrogant, ce dernier était meurtri par une bien triste affaire.

 

Alors qu'il dissertait librement ce week-end avec des amis de sa famille, il s'est laissé allé à la confidence.

Par malchance, une cousine à la jambe légère était venue accompagnée d'une récente conquête masculine dont on avait pas pris la peine de vérifier l'identité et les attributs à l'entrée de la maison de campagne familiale.

Bien mal leur en a pris. Connaissant les moeurs de la cousine Marine, ils auraient du se douter que l'invité avait la langue généreuse et peu encline à rester sagement dans sa bouche.

 

L'intéressé a donc parlé et répété le secret de famille de mon pauvre ami : "Toutes les civilisations ne se valent pas".

Pas de quoi fouetter le chat de la cousine me direz-vous ! Oui mais... il s'avère que mon ami a quelques responsabilités dans la gestion des cultes de la principauté d'un autre de nos amis.

 

Nous avons dès lors appelé notre ami Brice de Nice qui, remettant sa mèche rebelle face aux tornades qui ont l'habitude de l'entourer, nous a conseillé d'utiliser le traditionnel "coup du contexte". Après tout, le vieux tonton Jacques ne l'a-t-il pas toujours répété : "Plus c'est gros, mieux ça passe !" (en y repensant bien, je me souviens soudainement que tonton Jacques aimait beaucoup la cousine Marine).

Le problème, c'est que la conquête de la cousine est un geek qui ne se déplace jamais sans son IPhone et qu'il avait alors activé la fonction dictaphone (car c'est désormais scientifiquement prouvé, les geek sont tous de gauche, à l'exception de la tante Nadine à qui on ne parvient plus à retirer son Iphone de la main depuis noël). Le petit couplet de mon ami a donc bien pu être replacé dans son contexte :

"Il y a des comportements, qui n'ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu'ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l'homme, a-t-il déclaré. Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l'égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation."

 

Bref, mon ami était triste de voir son secret de famille ainsi révélé à la face du monde.

Il ne lui restait donc plus qu'à convoquer les neveux Arno et Philippe pour prendre le relais.

Le premier est venu défendre son vieil oncle en proclamant qu'il "dit des choses évidentes. Si la gauche veut faire campagne sur le fait que le nazisme hitlérien ou les talibans valent la civilisation française ou britannique, qu'ils le fassent".

 Le second a poursuivi plus longuement : "C'est justement quand nous n'avons plus eu, dans le passé, cette conscience de la valeur de notre civilisation, que nous avons accepté l'inacceptable. Accepter l'idée que n'importe quelle autre valeur égale les nôtres conduit un jour des hommes à collaborer avec ceux qui mettent des juifs dans des trains, qui déportent des populations entières au goulag, qui réduisent en esclavage, ou qui appliquent la lapidation à des femmes aux motifs que l'on sait (...) Cette supériorité morale de nos valeurs s'est construite avec joies et larmes dans notre Histoire. En nier la valeur, c'est faire le lit des tyrans. GUÉANT est victime d'une chasse aux sorcières par ceux qui n'ont rien retenu des leçons de l'Histoire. Victor Hugo réveille toi, la gauche est devenue folle !". 

Par ces déclarations, les deux neveux viennent de remporter exæquo le  prix Godwin 2012 (du nom de l'inventeur d'une théorie selon laquelle plus un débat dure, plus les probabilité qu'un interlocuteur ait recours à une comparaison impliquant Adolf Hitler ou le régime nazi augmente). Le record a en effet été explosé et devient inégalable puisqu'il n'a même pas laissé le temps à d'éventuels interlocuteurs de réagir. 

 

Devant de tels arguments, les détracteurs de mon ami n'ont donc pas pris la peine de décrypter ses propos. En somme, la pratique du détournement de l'attention utilisée avec succès par le chef de la principauté a été encore particulièrement efficace.

Comment aurait-on pu sinon justifier de tels propos gardés secrètement dans la famille depuis la IIIème République et qui ont permis à l'arrière grand-père de s'enrichir en ouvrant une affaire dans l'Algérie des barbares (c'est-à-dire celle qui n'avait pas encore profité des bienfaits de notre colonisation).

Comment aurait-on pu dissimuler qu'avant de se marier et de faire des enfants, mon ami avait connu quelques aventures homosexuelles avec un américain qui a ensuite publié un ouvrage intitulé "Le choc des civilisations" ? (Ahhhh que ces intellectuels sont assommants à vouloir disserter sur l'oreiller).

Comment aurait-on pu éviter le débat permettant de montrer que la première des intolérances, c'est justement celle qui consiste à croire qu'une civilisation est meilleure que les autres. Qui peut en effet prétendre que la lapidation des femmes est une pratique défendable ? Personne ! Mais qui peut prétendre en même temps que ces femmes ne peuvent trouver refuge en France ? Que leurs voiles représentent un danger pour l'ordre public ? Que leurs enfants qui ont fait des études dans les universités françaises n'ont pas d'autre vocation que de retourner dans leur pays d'origine pour subir le même sort que leurs mères ?

 

Décidément, chaque civilisation a ses propres valeurs... mais aucune n'est encore parvenue à la perfection irréprochable en considérant les autres avec tant d'arrogance.

 

Pour écrire ensemble l'histoire, sans perdre la mémoire

Mémorice de France


Rejoignez Mémorice sur Twitter sur sur Facebook ou en vous abonnant à la newsletter de ce blog (formulaire à gauche de votre écran)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et politique
commenter cet article

commentaires

Ernst 06/02/2012 20:05


Une rapide googlisation donne, comme bien souvent, tout et son contraire mais des souvenirs de lecture me font penser que l'idée de cette phrase (l'original n'est pas tout à fait la phrase
chiraquienne) vient de Goebbels :


"Plus le mensonge est gros et répété et plus il sera cru"


Je me rappelle d'une autre phrase tristement célèbre "quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver" qu'on donne à pleins de dignitaires nazis sans trop savoir qui l'a dit mais qui vient
de façon certaine d'une pièce de théâtre de Hanns Johst intitulé "Schlageter". Quant à pendre quelqu'un à un croc de boucher (sort qu'un futur président souhaitait à un premier ministre), elle
trouve aussi son origine dans l'Allemagne nazie (c'est ainsi que furent exposés les complices de l'attentat du 21-Juillet 1944). C'est intéressant de voir comment des phrases peuvent se retrouver
attribuées à telle ou telle personne connue, ou reprises dans des contextes différents sans que leurs auteurs ne comprennent la charge historique contenue dans ce propos.


 

Mickaël BERTRAND 07/02/2012 07:05



En effet... à quand une chronique mémorielle des phrases politiques ?



Ernst 06/02/2012 18:05


Bonjour Mémorice,


On a eu des gens qui ont puvlerisé le mur du çon ce week-end et je crois que le prix Godwin est amplement mérité pour nos deux gugusses. Le "plus c'est gros, mieux ça passe" est, si je ne m'abuse
et sans vouloir de nouveau chercher le parallèle adolfien, une phrase du Doktor Goebbels dans sa stratégie de propagande politique. A vérifier...

Mickaël BERTRAND 06/02/2012 18:19



Bonjour Ernst,


Content que l'article vous ait plu puisqu'il vous doit les deux citations. 


Merci pour votre aide précieuse


PS : j'ai toujours associé cette expression à tonton Jacques... mais sa paternité remontrerait plus loin... ?