Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 12:20

 

Le camp d’Auschwitz-Birkenau communique cette semaine autour des chiffres records de fréquentation du site de l’ancien camp de concentration et d’extermination : plus de 1,38 millions de personnes se sont rendus l’année dernière dans ce haut lieu de la mémoire internationale.

 

Auscwhitz.jpgLe succès touristique a parfois des conséquences inattendues. Les visiteurs se distinguent parfois par des situations et des postures improbables dans un tel lieu chargé d'histoire et de mémoires.   

 

Le chiffre est impressionnant et il laisse songeur. Certes, on est encore loin des 7 millions de visiteurs annuels de la Tour Eiffel ou bien des 8,5 millions de personnes qui se sont rendus au Louvre ; néanmoins, le chiffre est immense au regard du pays dans lequel il se situe qui ne s’illustre pas particulièrement pour son patrimoine touristique. Il est donc fort probable que les touristes qui se rendent à Auschwitz-Birkenau visitent essentiellement, voire exclusivement, le camp avant de repartir ou de poursuivre une visite-express des grands monuments européens.

 

L’administration du musée fournit également des informations plus précises sur la nationalité des visiteurs. Ils sont par exemple 63 000 Français, 84 000 Britanniques et 68 000 Allemands. Ces données sont encore plus intéressantes que le chiffre global. On s’aperçoit en effet qu'aucune "exception mémorielle" nationale ne s'impose. Les citoyens de la plupart des pays d’Europe accomplissent ce voyage dans la même proportion vers ce qui est désormais considéré comme un des lieux essentiels de l’identité européenne.

On peut néanmoins s’étonner du nombre relativement modeste des Allemands au regard de leur proximité géographique et de leur supériorité démographique en Europe. Il faudrait alors considérer comme un biais révélateur la particularité de la construction mémorielle allemande qui influencerait le tourisme dans ce domaine. On remarque en revanche la proportion très élevée des visiteurs venus d’Israël (59 000) qui s’explique largement par la signification du lieu et sa symbolique.

 

Aucune information plus précise n’est hélas disponible quand aux motifs avancés par les visiteurs internationaux pour justifier une telle étape dans leur séjour touristique en Pologne, ou encore à l’échelle européenne. Doit-on réellement considérer que le tourisme mémoriel attire les foules, ou bien que l’industrie du tourisme est sujette à des pressions qui imposent cette étape à Auschwitz  ? Le vol de la célèbre inscription « Arbeit macht frei » en 2009 n’est-il d’ailleurs pas un élément à considérer pour expliquer cette hausse des visites en 2010 ? A l’inverse, cette tendance à l’augmentation n’est-elle pas révélatrice d’éléments structurels plus profonds autour de la mémoire ?  Sinon, comment expliquer la présence de 47 000 Coréens du Sud ?

 

L’étude des succès touristiques des lieux de mémoire pourrait donc nous aider à mieux comprendre un phénomène qui se développe à l’échelle planétaire. Il serait d'ailleurs utile de rassembler des géographes, sociologues, historiens et anthropologues autour d’une table pour en discuter.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Lieux de mémoire
commenter cet article

commentaires

Lecouturier 15/01/2011 01:50



J'ai vu ça ce matin (je suppose que comme moi tu as une google alerte sur le sujet).


Ces chiffres sont clairement révélateurs, tout comme la littérature abondante sur le sujet (voir la rentrée littéraire 2010 ), l'engouement des jeunes pour les rencontres avec les
témoins... 


Cet engouement, n'a-t-il pas à voir avec la disparition croissante des témoin, du fait que la Shoah est devenu un des piliers de la réflexion sur l'humanité, le bien, le mal, le fait
que les gens croient de moins en moins? Moins de religion --> un rattachement à la mémoire?


Ce que je dis n'est pas très précis. Il faut prendre la conjoncture mémorielle avec l'actualité, et, comme tu le dis si bien, avec des géographes, sociologues, historiens, philosophes...



Mickaël BERTRAND 15/01/2011 09:49



Je ne suis pas aussi organisé que toi et je n'ai donc pas de "google alerte". En revanche, je passe environ une heure à lire la presse tous les matins pour ne pas trop orienter mon regard sur un
sujet, aussi intéressant soit-il.


Tes propositions d'axes de réflexion sont intéressants. Il est certain que la mémoire connaît un regain d'intérêt surprenant (je n'essaie même plus d'avoir une lecture exhaustive des ouvrages qui
sortent sur le sujet tant ils sont nombreux et divers), mais les raisons de cet engouement ne sont pas encore totalement connus. Peut-être qu'une réelle étude ou qu'un colloque sera organisé
prochainement...