Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 14:50

Mémorice Président

 

Jamais je n'aurais pensé en me lançant dans cette campagne présidentielle devoir travailler autant pour réagir aux propos de mes concurrents.

 

Je ne vois que deux explications à cette inflation des propos historico-mémoriels :

   1. Mes concurrents se sont ligués contre ma candidature qu'ils jugent vraiment trop dangereuse (et ils ont raison de le croire).

    2. La campagne présidentielle constitue un moment particulièrement fort durant lequel les candidats tentent d'incarner le plus fidèlement possible le pays qu'ils prétendent diriger. Dès lors, le recours à l'histoire est utilisé comme un outil visant à rassembler la communauté nationale. 

 

La dernière "petite phrase" en la matière n'est pourtant pas sortie de la bouche d'un candidat mais d'un de ses proches qui l'a soutenu et qui fait désormais partie de son équipe de campagne : il s'agit de Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et désormais  chargé des relations avec les entreprises et les grandes villes dans la campagne de François Hollande.

 

Cette semaine, dans le Parisien-Aujourd'hui du mardi 22 novembre, l'intéressé a déclaré à propos de l'accord PS/EELV qu'il s'est "toujours battu contre les khmers rouges" et qu'il refusera par conséquent de plier devant les "khmers verts" et leur "terrorisme intellectuel". Les écologistes apprécieront !

 

J'ai immédiatement convoqué mes conseillers en communication pour préparer une réaction à cette déclaration qui m'a fait renverser mon café sur mon écharpe tricolore (Je l'ai discrètement emmené au pressing avant de croiser Michelle Alliot-Marie...  de peur qu'une telle maladresse soit interprétée comme un outrage au drapeau).

J'ai alors été surpris par la tempérance d'un de mes conseillers face à ce raccourci historico-mémoriel : "Tu sais Mémorice, il faut être percutant, trouver des phrases chocs, interpeler l'esprit des électeurs. C'est ça la stratégie de Gérard et des autres ! Et ça marche : il fait la Une des Journaux ! ".

Fichtre ! Diantre ! Faut-il résolument accepter les règles de la nouvelle communication politique ou est-il encore possible de parler à l'intelligence des électeurs plutôt qu'à leur "esprit"  aussi volatile qu'une réforme du quinquennat ?

 

Nous nous sommes donc mis au travail pour demander quelques explications au maire de Lyon :

   1. Que veut-il dire par : "Je me suis toujours battu contre les Khmers rouges" ? A-t-il fait son service militaire au Cambodge ? A-t-il participé à des actions internationales contre ce mouvement militaire entre 1975 et 1979 ? Ou bien se contente-t-il d'enfoncer des portes ouvertes en condamnant a posteriori ce que beaucoup ont regardé sans broncher à l'époque ?

   2. Est-il conscient de la comparaison hasardeuse et outrageante qu'il commet autant à l'encontre d'EELV que des victimes de ce régime sanguinaire ? Ne le regrette-t-il pas ?

 

La comparaison historique est en effet une pratique courante chez les hommes politiques. Parfois, elle peut être éclairante ; souvent, elle est absolument abusive et ne sert que des intérêts immédiats et électoraux.

 

Le dernier a avoir publiquement mobilisé l'histoire des khmers rouges s'appelle François Devoucoux du Buysson. En 2003, il a publié un ouvrage intitulé Les Khmers roses, Essai sur l'idéologie homosexuelle (Editions Blanche).

Khmers-roses.jpg

 

L'auteur le reconnait lui-même aujourd'hui, son livre a été boudé par le plupart des médias et librairies alors que son travail pose (avec une tonalité certes dérangeante et parfois polémique) des problématiques intéressantes. Le maire de Paris, Bertrand Delanoé, avec qui l'auteur semble entretenir des relations plutôt tendues, n'a visiblement guère apprécié la comparaison qui le plaçait métaphoriquement à la tête d'une communauté prête à tout pour s'emparer du pouvoir. 

 

Aujourd'hui, des amis de la victime semblent s'être emparés de l'arme qui les menaçait jadis. Ne serait-il pas judicieux que Bertrand Delanoé intervienne auprès de son collègue et ami Gérard Collomb afin de lui faire retrouver raison ?

 

Pour écrire l'histoire, sans perdre la mémoire

Mémorice de France

 

Mémorice De France a désormais sa page Facebook (cliquer ici) et sa page Twitter (cliquer ici) sur lesquelles vous pouvez réagir à ses propositions, discuter et lui soumettre des idées. 


Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et politique
commenter cet article

commentaires