Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 20:16

 

Comme tous les mois, nous poursuivons notre recension du magazine l'Histoire sous la forme de courtes brèves afin de compléter notre réflexion sur l'actualité mémorielle de la recherche et de l'édition. L'édition de mai est pour une fois plutôt pauvre dans ce domaine.

 

L-Histoire-mai-2012.jpg

 

Histoire du négationnisme

Valérie Igounet présente p. 30 son ouvrage biographique sur Robert Faurisson en démontrant comment l'homme a construit sa vie comme son discours : "sur le mensonge". Un projet courageux qui permet de mieux comprendre l'histoire d'un provocateur de la mémoire.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que  l'intéressé ne semble pas avoir apprécié...

 

Un mystérieux "appel des 343 femmes"

Annonçant l'actuelle exposition de la BNF sur la Presse, le magazine fait état en page 25 d'un mystérieux "Appel des 343 femmes". Sauf erreur de notre part, il ne peut s'agir d'autre chose que du célèbre "Manifeste des 343 salopes" que Jean-Noël Jeanneney évoquait dans la rubrique "Les grandes heures de la presse" du mois de février 2012. L'Histoire commencerait-il à se censurer ?

 

Nouvel-Obs-343.jpg

 

Actualisation du 8 juin 2012

A la suite de cet article,  Marie-Josèphe Bonnet nous a écrit pour apporter une salutaire mise au point concernant l'expression de "343 salopes" que l'on retrouve régulièrement dans la littérature consacrée à cet épisode. C'est d'ailleurs sous ce titre que Le Nouvel Obs a lui-même  republié le Manifeste en novembre 2011.

Or, lorsqu'on regarde la couverte du Nouvel Observateur daté du 5 avril 1971 (reproduit ci-dessus), on s'aperçoit qu'il ne s'agit pas de la dénomination initiale. Marie-Jo Bonnet, qui a consulté le document, nous propose la recension suivante :

 

Sur la couverture noire on lit : la liste des 343 françaises qui ont le courage de signer le manifeste « JE ME SUIS FAIT AVORTER».

Page 5 : « UN APPEL DE 343 FEMMES » avec la liste des signatures précédé du texte suivant :

« Un million de femmes se font avorter chaque année en France. Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples. On fait le silence sur ces millions de femmes. Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avorté. De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l’avortement libre ».

Une note à « libre » précise : « Parmi les signataires, des militantes du « Mouvement de Libération des Femmes » réclament l’avortement libre et GRATUIT ».

Page 6 : Sous le titre : « Notre ventre nous appartient », un texte occupant toute la page signé par « Des signataires du Mouvement de libération des femmes, du Mouvement pour la liberté de l’avortement ».

Page 40, une enquête menée par Michèle Manceaux, Nicole Muchnik, Mariella Righini, Françoise Paul-Boncour, et signée Jean Moreau sous le titre « Je me suis fait avorter ».

 

Le document initial ne comporte donc pas la mention de "salopes".

Selon Marie-Jo Bonnet, l'expression est née la semaine suivante dans le journal d’extrême droite Minute qui a réagit en lançant une campagne anti-avortement au moyen d’affichettes accrochées dans tous les points de vente de la presse sous le titre : « Le manifeste des 343 salopes ».

Selon Christine Delphy, chercheuse au CNRS et signataire de ce manifeste, l'expression des "343 salopes" est née d'un dessin satyrique de Cabu la semaine suivante dans Charlie Hebdo qui place ces mots dans la bouche de Michel Debré

 

Charlie-Hebdo-343-salopes.jpg

 

"L'appel des 343 femmes" mentionné dans le numéro de L'Histoire de mai 2012 adopte donc la dénomination de la page 5 du magazine, plutôt que celle la "Une" du Nouvel Obs de l'époque, ou encore de celle de Charlie Hebdo la semaine suivante.

Dans ce domaine aussi, il est important de constater à quel point la mémoire d'un évènement peut être modifiée par sa lecture médiatique, à tel point que la formule initiale est oubliée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Recensions
commenter cet article

commentaires