Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 12:31

Mémorice Président

 

 

 

 

 

Comme tout bon candidat qui se prépare à l'échéance présidentielle, j'étudie avec précision les propositions et inflexions idéologiques de mes concurrents.

 

Ce week-end, c'était au tour de  Marine Le Pen de se lancer officiellement dans la course. Pour les plus courageux, je vous propose d'écouter son discours retransmis par la chaîne parlementaire :

 

 

 

 

 

 

 

 


Il ne s'agit pas pour moi de me prononcer ici sur les propositions économiques et sociales d'un parti qui a encore présenté récemment des candidats pour le moins surprenants aux élections régionales : les talents semblent tellement rares dans les cadres du parti qu'il est nécessaire de recourir à des escort-girl, des gardes du corps et autres jeunes gens condamnés par la justice pour apologie de crime contre l'humanité, injures à caractère raciste et violences volontaires.

En revanche, je m'interroge beaucoup sur les axes historico-mémoriels de la campagne de la nouvelle candidate Marine Le  Pen. Voulant briser (ou du moins le faire croire) son complexe oedipien, cette dernière n'a cessé ces derniers mois de rappeler son indépendance face aux lourds héritages paternels. Il faut en effet lui reconnaître que cela ne doit pas être facile de justifier sans cesse les excès passés de son père.

Soit. Reconnaissons lui donc la blancheur immaculée d'une Jeanne d'Arc qui n'aurait pas encore été brunie par la fumée pestilentielle d'un feu "détail de l'histoire".

Penchons nous donc naïvement sur son discours et tentons de comprendre sa lecture de l'histoire. Plusieurs éléments ont été très judicieusement relevés par  Nicolas Lebourg, chercheur et spécialiste de l'extrême-droite pour le Nouvel Observateur : 

1. "le banquet des mille"
La manifestation organisée ce week-end a été baptisée  "Le banquet des Mille" par l'organisation frontiste. La salle ne pouvait-elle contenir que mille personnes ? Marine est-elle une inconditionnelle lectrice du Banquet de Platon ?
Pas du tout. Il s'agit en fait d'une référence érudite à une manifestation du 14 mars 1948 visant à rassembler en association les droites françaises contre la IVème république, contre l'inéligibilité des anciens collaborateurs avec l'occupant nazi et pour la réhabilitation de la mémoire du Maréchal Pétain.
En termes de symbole, on peut difficilement faire plus clair... même si cela jette du coup une ombre sur la blancheur immaculée précedemment supposée. 

2. L'économiste modèle : François Perroux
Reprenant les thématiques portées par le candidat à la primaire socialiste Arnaud Montebourg, Marine Le Pen semble vouloir surfer sur la vague de la "démondialisation". Pas question pour autant de donner l'impression que le programme du Front National est un mélange des idées du PS et de l'UMP. Du coup, Marine et ses conseillers tentent de justifier cet emprunt en mobilisant les idéologues du parti.
Parmi les économistes, peu sont directement liés à l'extrême droite. François Perroux n'est donc pas un représentant de cette tendance politique. Ces travaux sont aujourd'hui encore reconnus et salués par ses successeurs. Néanmoins, son parcours durant la Seconde Guerre mondiale est un peu particulier : professeur à la faculté de droit de Paris entre 1939 et 1945, il codirige la revue maréchaliste La Communauté française, collabore à  Idées, revue de la Révolution nationale, puis crée en 1942 un groupe de réflexion, Renaître, avec Yves Urvoy.

Bref, il semble encore difficile au Front National de renouveler suffisament les idées pour qu'elles ne trouvent pas systématiquement leurs racines au temps du Maréchal.
Sur ce point précis, je trouve d'ailleurs que les journalistes politiques n'approfondissent pas assez leurs interviews de la candidate du Front Nationale.
Quelles sont ses idées sur l'enseignement de l'histoire en France ? Souhaite-t-elle le réformer ? Contrôler les programmes ? A-t-elle une opinion sur les lois mémorielles ? Assistera-t-elle aux cérémonies commémoratives de la Journée nationale de la déportation en avril 2012 ?
Ces sujets peuvent sembler très pointus et ne pas intéresser les citoyens au premier abord. Et pourtant, je pense que c'est en éclairant la vision de l'histoire d'un candidat qu'on peut (entre autres sujets, il ne s'agit pas d'être exclusif) mieux comprendre sa vision de la France et ses projets pour l'avenir.  

Pour écrire l'histoire, sans perdre la mémoire
Mémorice de France

PS : Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ma candidature et ses décryptages historico-mémoriels dans la perspective de 2012. N'hésitez pas à vous abonner pour être régulièrement informés des nouveaux articles (à gauche de l'écran).  
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et politique
commenter cet article

commentaires