Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 14:00

 

A trop vouloir gloser sur la mémoire nationale et les mécanismes complexes de la construction mémorielle collective, on oublie parfois un peu vite que la mémoire se conjugue aussi à l’échelle communale, voire à celle d’un quartier, et qu’elle révèle des enjeux tout aussi importants.

 

Un quartier particulier

C’est le cas à Dijon en Bourgogne où est né depuis  2009 un projet intitulé tout simplement « Mémoire de quartier ».  Initié par le Centre Social du quartier de la Fontaine-d’Ouche, cette action s’inscrit dans le cadre d’un vaste et ambitieux chantier de rénovation urbaine.

 

 

Laurent Grandguillaume, Adjoint au Maire de Dijon et Conseiller général de Côte-d'Or,  présente la rénovation du quartier Fontaine-d'Ouche.

 

Le quartier de la Fontaine-d’Ouche n’est pas exactement un quartier comme les autres. Géographiquement excentrée par rapport au site historique de Dijon, la zone s’est essentiellement développée après les années 1945 dans le cadre d’un programme national d’urbanisme mettant en place les fameuses Zones à urbaniser en priorité (ZUP). Ainsi, le paysage est en fait principalement constitué de grands ensembles construits à l’époque dans l’urgence et qui font aujourd’hui l’objet de toutes les critiques. Accueillant au départ des familles issues de l’exode rural et devant faire face à la croissance démographique inégalée du baby-boom, ces logements se sont vite délabrés et sont devenus les principaux lieux d’accueil des populations immigrées et/ou en difficultés économico-sociales. Ces quartiers finalement récents dans l’histoire urbaine française sombrent dès lors assez rapidement dans une représentation spatiale négative que les médias relaient souvent sous le terme générique et désormais stigmatisant de « banlieue ». 

panorama Fontaine d'Ouche En arrière-plan, les tours d'habitation du quartier Fontaine-d'Ouche

 

C’est le cas du quartier de Fontaine-d’Ouche qui est, avec celui des Grésilles, l’un des plus multiculturels de la ville de Dijon. C’est en qualité de quartier considéré comme "sensible" que ce dernier s’inscrit dans le programme national de rénovation urbaine. Les habitants eux-mêmes sont conscients de cette image négative et c’est pourquoi les élèves du collège Rameau, dans le cadre d’un projet scolaire très intéressant sur l’histoire et la mémoire de leur quartier, partent d’un constat assez simple : « Le collège Rameau et le quartier de Fontaine d’Ouche sont victimes d’une mauvaise image ».

 

Dans ces conditions, la rénovation urbaine est considérée pour beaucoup comme une chance pour l’avenir et la revalorisation de l’image du quartier… mais de quel quartier ?

 

« Mémoire de quartier » : un projet populaire

Ce projet a véritablement été initié par les habitants, et plus particulièrement par le Centre Social du quartier. Il est essentiellement coordonné par Pascale Cadouot et rassemble une multitude de micro-actions telles que des expositions, spectacles, représentations théâtrales, etc. Il s’inscrit dans le prolongement de la rénovation urbaine qui devrait prendre fin en 2012.

Le constat initial et son fil conducteur sont simples : le visage du quartier va être profondément modifié d’ici 2012 ; comment conserver malgré tout une trace de son identité ?

 

Pour les besoins de cette enquête, j’ai rencontré les initiateurs et animateurs de l’une des actions entreprises dans le cadre du projet : les artistes Allan Ryan et Matthieu Louvrier.

Depuis plusieurs mois, ils animent un atelier de création artistique visant à réaliser une fresque murale sur un pont (avenue du Lac). Leur travail a comporté plusieurs étapes :

                - d’abord, une phase d’enquête durant laquelle les habitants leur ont livré plusieurs témoignages et anecdotes sur la vie du quartier depuis plusieurs décennies.

                - ensuite, des ateliers artistiques ont été organisés afin de réfléchir avec les usagers quotidiens de cet espace social aux meilleures façons de l’aménager et de représenter la mémoire du quartier.

                - enfin, depuis le début du mois de juillet, les habitants sont invités à participer à la réalisation de cette fresque murale sous le regard et les conseils du plasticien Matthieu Louvrier.

 

Au total, ce sont près de 100 personnes qui ont été associées de près ou de loin à l’une des étapes de ce beau projet. L’œuvre en cours de finalisation est composée de plusieurs panneaux représentant respectivement une idée.

 

DSCF3182.JPG Vue d'ensemble de la première partie de la fresque qui s'étend sur toute la longueur du pont

DSCF3175-copie-1.JPG

DSCF3174.JPG DSCF3178.JPG

 Quelques vues détaillées de la fresque, représentant notamment les esquisses architecturales du quartier, les cours d'eau et l'ombre du Chanoine Kir

 

Un nouveau lieu de mémoire ?

Une telle réalisation est à mon sens riche de sens et d’enjeux. Si l’on veut bien prendre le temps de mettre en perspective ce micro-évènement avec nos connaissances actuelles sur la mémoire, l’exemple local devient une formidable source de réflexion.

 

Il convient tout d’abord de s’interroger sur le contexte de son apparition. La mémoire, selon Pierre Nora, est une « histoire totémique » (opposée à l’histoire critique scientifique). En somme, c’est une représentation émotionnelle du passé par un individu ou un groupe qui, par l’intermédiaire de cette remémoration subjective,  tente de faire passer un message plus ou moins conscientisé.

Dans le cadre du projet « Mémoire de quartier », on peut considérer sans trop prendre de risque que la mémoire est ici la manifestation d’une angoisse évidente face aux travaux de rénovation urbaine. Quand les bulldozers entrent dans le quartier pour faire tomber les tours de béton et modifier l’organisation des lieux de sociabilité publique, ce n’est pas seulement le paysage urbain qui est touché mais c’est l’ensemble de l’identité locale qui est affectée.

Par cette fresque, ce sont finalement des « traces » de leur présence que les habitants du quartier veulent pérenniser.

 

Une telle constatation nous permet ainsi de comprendre que les enjeux qui entourent ce projet ne sont pas aussi anodins qu’ils pourraient paraître au premier abord.

D’un point de vue social, il traduit la crainte d’une population qui comprend que son quartier change et qui s’interroge sur la place qui lui sera dévolue au sein de ce nouvel espace dans un avenir proche.

L’interrogation est d’ailleurs largement justifiée. Généralement annoncées comme une solution aux difficultés d’un quartier dit « sensible », les opérations de rénovations urbaines ne manquent pas de publicité pour vanter les bienfaits du nouveau centre-commercial flambant neuf ou des nouvelles crèches construites à proximité. Or, les géographes manquent encore de statistiques fiables pour étudier les conséquences démographiques de ces opérations immobilières. Pour l’instant, nous ne pouvons que constater l’augmentation générale des loyers qui suit directement la rénovation et nous interroger sur la réelle possibilité pour certaines catégories de population à pouvoir s’y maintenir.

Ces constations pourraient alors conduire à d’intéressantes discussions sur les implications idéologiques que de telles politiques supposent, qu’elles soient appliquées par des municipalités dites « de gauche » ou « de droite ». Nous laisserons pourtant cette réflexion à la liberté du lecteur.

 

Dans le cadre de ce blog, nous nous contenterons d’évoquer les conséquences sociétales de cette construction mémorielle locale qui constituent déjà un axe de réflexion éminemment heuristique. On s’aperçoit alors que la mémoire, même à cette échelle locale, est productrice de communautarisme.

Au-delà des traits les plus évidents sur l’histoire du lieu, les artistes ont en effet constaté ponctuellement l’émergence de discours ambigus qui, sous prétexte d’une rénovation urbaine, entendaient encourager la redécouverte des "vraies racines" du quartier avant que d’autres ne viennent les subvertir. Hélas, les auteurs de ces propos ne se rendent pas toujours compte qu’ils sont eux aussi « les autres » selon le point de vue adopté.

C’est pourquoi je me suis étonné au cours de cette enquête qu’une place plus grande ne soit pas accordée à la notion de « diversité » aux côté de la notion de « mémoire ». C’est pourtant la voie qui a été choisie par d’autres projets similaires ailleurs en France. Ainsi, dans les villes d’Aulnay-sous-Bois, Cholet, Rosny-sous-Bois, et bien d’autres, la « Mémoire de quartier » se décline généralement plutôt sous la forme d’une action qui, autour de l’histoire d’un lieu de vie commun, invite les habitants à se rassembler pour mettre en valeurs ce qui les rapproche plutôt que ce qui les différencie.

 

La ville de Dijon n’est pourtant pas restée indifférente à ce projet. Aux différents stades de la réalisation, différentes personnalités municipales se sont succédées aux réunions et sur le chantier.  Dans le cahier des charges, la commission de quartier a d’ailleurs imposé aux artistes l’évocation de plusieurs mots-clefs censés représenter le quartier.

Si l’on peut tout à fait  comprendre que la municipalité ne souhaite pas voir apparaître sur les murs de la ville des inscriptions dont elle ne pourrait pas avoir le contrôle, on peut aussi s’interroger sur ce qui peut être considéré comme une forme de censure de la production artistique. La comparaison est certes provocante mais tout de même, n’est-il pas possible de penser que la municipalité protège l’écriture de son récit local, comme l’Etat protègerait son récit national face aux éventuelles revendications identitaires polymorphes ? Ainsi, de la fresque de l’Avenue du Lac de Dijon aux représentations idéelles de l’Histoire de France par les institutions républicaines, il n’y aurait qu’une étape parfois pas si éloignée. C'est pourquoi le discours d’inauguration prévu au mois de septembre 2010 est attendu avec impatience.

 

A ce stade de la réflexion, on peut seulement regretter qu’une réflexion plus large n’ait pas été menée (ou du moins n’apparaisse pas directement) autour de ce projet, sur ses conséquences immédiates et à venir. A n’en pas douter, le recours à une consultation plus régulière sur les questions mémorielles ou bien même l'existence d’un chargé de mission mémoire (comme nous l’avons précédemment mentionné dans la ville de Lyon) aurait probablement permis d’approfondir quelque peu l’étude initiale du projet.

En l’état actuel, le travail formidable déjà mené par le Centre Social du quartier Fontaine-d’Ouche, les artistes Allan Ryan et Matthieu Louvrier, ainsi que les nombreux participants aux multiples actions du projet « Mémoire de Quartier » doit néanmoins être souligné.  

 

Nota bene : à la suite de l'édition de cet article, Laurent Grandguillaume nous a fait l'honneur de lire cet article et d'apporter quelques informations supplémentaires :

"Merci et bravo pour cet article. Une petite précision, ce projet de fresque a été initié par la commission de quartier dans le cadre du budget participatif (budget de 40.000 euros par an, cette année seront également réalisés des panneaux ...éducatifs sur la faune et la flore le long du ruisseau, une aire de jeux pour les enfants à la combe) et non pas par une structure de quartier en particulier. Les thèmes ont été définis par un groupe de travail issu de la commission de quartier, groupe de travail composé d'habitants, de services techniques municipaux, d'élus de quartier et de représentants de l'association choisie pour réaliser la fresque et pour associer les habitants à cette réalisation. La fresque traite d'ailleurs du passé et du présent car le quartier de Fontaine d'Ouche a de nombreux atouts dont son environnement (lac Kir, ruisseau, combe, ...etc ). "Mémoire de quartier" regroupe d'autres actions, financées également par la ville de Dijon et pilotées par l'équipe du centre social, sur le quartier comme l'exposition réalisée récemment par le collège Rameau ou le film réalisé à l'école Alsace avec l'association Label Épique. Vous pourriez compléter votre texte par le contrat de quartier qui vise à agir sur l'humain en complément de l'urbain et qui a été réalisé à partir d'une large consultation et concertation".

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Lieux de mémoire
commenter cet article

commentaires