Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 08:59

 

C'est une initiative pour le moins originale et intéressante. Le 19 mars 2012, à l'occasion du cinquantième anniversaire des accords d’Evian, le site Internet  OWNI et le quotidien  El Watan ont inauguré un site Internet que nous pourrions considérer comme un centre d'archives numérique :  Mémoires d'Algérie

 

Memoires-d-Algerie-2.jpg

Le principe est relativement simple : ce site Internet a pour ambition de rassembler et de publier des témoignages et des archives inédites relatives à la Guerre d'Algérie.

 

Dans les faits, cette initiative soulève cependant des interrogations.

 

1. Pourquoi un centre d'archives numérique ?

La création d'un tel lieu répond à un constat que de nombreux historiens déplorent depuis plusieurs années : les archives de la Guerre d'Algérie sont difficiles, voire impossibles, d'accès en France et en Algérie. Dans ces conditions, il est difficile de mener à bien une sereine historicisation du conflit permettant de pacifier sur le long terme des mémoires encore vives et parfois violentes.

 

2. Quelles sont les règles de publication ?

La communicabilité et la diffusion des archives est réglementée par la loi en France et en Algérie. Ce site entend visiblement les dépasser (voire les enfreindre) en faisant appel aux soutiens des lecteurs susceptibles de livrer leurs témoignages, leurs archives personnelles... mais aussi visiblement des copies de comptes-rendus d'opération et des notes de renseignement.

Si les administrateurs du site prennent des précautions en anonymisant certains noms dans les documents et en invitant les lecteurs "à la plus grande prudence", rien ne permet sur le site de vérifier la validité scientifique d'une telle entreprise. Quid par exemple d'un éventuel comité scientifique. A l'inverse, le site fait appel au mécénat sans en préciser les règles. Dès lors, qui vérifie la validité des documents et la l'intégrité de la ligne éditoriale ?

 

Malgré ces quelques zones de flou qui devront être éclaircies, le site constitue un formidable outil de travail qui ouvre d'intéressantes perspectives. 

 

Le projet en lui-même s'inscrit dans la continuité de plusieurs entreprises qui se multiplient depuis quelques mois sur la toile. Impulsés par le modèle de Wikileaks, la publication et la diffusion en ligne des archives ne pouvait que se développer. Les États ont certes fait preuve de volontarisme dans ce domaine (plusieurs projets en cours promettent la numérisation prochaine des archives de la Première Guerre mondiale et du passé colonial) mais le mouvement n'est visiblement pas assez rapide et il donc relayé par des initiatives privées ou associatives.

Le titre du site est donc particulièrement bien pensé puisqu'il ne prétend pas réellement construire une histoire de la Guerre d'Algérie mais bien une compilation de documents permettant d'étudier LES différentes mémoires du conflit. La coopération entre deux médias, l'un français et l'autre algérien, est également à souligner.

 

Les antécédents sont d'ailleurs visibles autour ce projet. La qualité de la mise en page et la simplicité de lecture sont un atout non négligeable. En seulement quelques clics, il est possible de sélectionner un lieu (sur une carte) ou une date (sur une frise chronologique) afin de consulter tous les documents relatifs à un évènement précis.

Les archives sont ensuite introduites par une notice très détaillée présentant un résumé, l'auteur, la source, le type de document, le pays d'origine, les villes, les dates et les noms cités ainsi qu'une liste de mots-clefs permettant d'étendre la recherche.

On retrouve dans cet outil le professionnalisme des contributeurs d'OWNI qui est un spécialiste du datajournalism utilisant à profit les compétences "des développeurs, des designers et des “best practice” du web social".

La forme ne dissimule cependant pas quelques limites de fond. Ainsi, l'historien sera surpris de lire que la source indiquée dans la notice du bulletin interne de la Wilaya III (unité territoriale militaire) est "archive militaire". Où est-elle physiquement archivée ? Dans quel centre ? A quelle référence ? Rien de tout ceci n'est indiqué et empêche le lecteur érudit d'aller vérifier lui-même la source.

 

Dernier point qui pose question : la présentation du site indique que "de nouveaux documents seront régulièrement ajoutés jusqu’au 5 juillet, date de l’Indépendance algérienne". Doit-on dès lors comprendre qu'une entreprise aussi ambitieuse prendra fin dans seulement quelques semaines ? Pourquoi ne pourrait-elle pas perdurer dans le temps, justement nécessaire à la collecte sérieuse et abondante de documents ? Doit-on y voir les limites d'un projet privé qui, s'il permet de répondre rapidement et efficacement à une demande sociale, disparaît aussi vite des écrans que l'actualité (et les recettes publicitaires) ne l'imposent.

Le temps médiatique n'est décidément pas celui de l'histoire...

 

Pour plus d'informations sur la philosophie du projet, lire l'article des Dernières Nouvelles d'Algérie.

 

Actualisation du 30 avril 2012 :

Une initiative similaire aux ambitions bien plus larges vient d'apparaître sur la toile : HistoGraphe.

Encore une fois, les mêmes limites apparaissent : certes, le site répond à une volonté d'édition et de diffusion louable des ressources archivistiques. Cependant, quid des règles déontologiques de fonctionnement du site ; quid des questions dinancières... alors que ce site propose une inscription "Premium" à 60 euros l'année !!!

Après le patrimoine culturel architectural, n'assiste-t-on pas à une véritable offensive marchande sur le patrimoine archivistique ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et Guerre d'Algérie
commenter cet article

commentaires

fertas md 29/11/2013 19:49

m.abonner gratuitement a ce site