Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 09:11

Mémorice Président

Les candidatures se multiplient et le spectre d'un 21 avril (à l'endroit ou à l'envers) ne cesse d'être évoqué partout, par tous.

Avec tant de candidats, je me suis toujours demandé s'il était encore crédible d'évoquer un sens. Après tout, le but d'une telle partie n'est-il pas justement de ne plus savoir où donner de la tête ? De ne plus savoir dans quel sens vous allez puisque vos partenaires sont autant à gauche qu'à droite, devant et derrière ?

Le but ultime étant bien entendu toujours de niquer les extrêmes qui, relégués en début et en fin de peloton, ne pourrons jouir d'une position très confortable.

Ahhhhh si DSK ne s'était pas fait prendre à commencer la partie avant les autres, il aurait probablement mis son expérience à contribution pour donner un peu d'ordre dans ce qui ressemble pour l'instant à une débandade !

 

Le 21 avril disais-je. Cette date suffirait presque à justifier notre candidature. Elle est devenue un argument, un leitmotiv, voire une excuse pour les candidats trop faibles qui n'ont pas le courage de se lancer, mais aussi pour les plus forts qui peuvent ainsi imposer leur monopole.

Cette date est révélatrice de notre régime d'historicité qui se complaît dans un présentisme journalistique peu favorable à une réflexion de fond.

Cette date, finalement peu reluisante à l'échelle de l'histoire pluriséculaire de la France, a laissé un goût amer au bout des doigts de la plupart d'entre nous. Après plusieurs mois d'une partie insouciante où nous nous étions amusés sans nous protéger dans nos ébats et nos débats, nous étions contraints de nous diriger, penauds et confus, la queue entre les jambes, vers l'isoloir qui allait sceller notre destin dans une thérapie de choc.

 

Qu'est-ce donc que le 21 avril finalement ?

Pour moi, c'est la date légendaire de fondation de Rome en 753 avant JC. Certes, c'est éloigné chronologiquement et géographiquement ; mais n'est-ce pas plus réjouissant d'imaginer un avenir dans lequel un petit bout de la planète, pauvre et modeste, mais déjà riche culturellement et ambitieux, est parti à la conquête d'une nouvelle puissance.

Le 21 avril, c'est aussi le jour où Aristide Briand, talentueux et imposant président du Conseil dans les années 1920, a présenté avec son homologue allemand en 1928 un projet de traité visant à rendre la guerre hors-la-loi. Plutôt que de se réunir inlassablement pour tenter de panser des blessures économiques qu'ils ont contribué à ouvrir en jouant avec insouciance avec leurs camarades banquiers et patrons, ne pourrait-on pas imaginer que le couple Merkozy prenne un peu de hauteur et propose un traité plus ambitieux.

Le 21 avril, c'est aussi le droit de vote accordé aux femmes française en 1944, après de trop longues années de retard.

Le 21 avril enfin, c'est aussi la présentation par Condorcet à l'Assemblée Constituante d'un projet de décret général sur l'organisation de l'instruction publique.

Alors finalement, est-ce bien utile de retenir cette date du 21 avril 2002 qui a contribué à instaurer un climat de peur dans le pays sous l'ombre d'un homme qui n'a jamais rien compris au passé et qui entendait nous enfermer dans un avenir peu réjouissant ? Le ressasser sans cesse ne contribue-t-il pas à lui conférer une importance qu'il ne mérite pas ? Ne peut-on pas se doter de symboles plus positifs et encourageants ?

 

Un programme tourné vers l'avenir pour comprendre le présent, et réinventer le futur. Voilà mon programme résumé en une phrase qui fixe sa ligne directrice.

Je suis souvent amusé, parfois agacé, d'entendre mes concurrents présidentiables proposer des mesurettes qu'ils présentent toujours comme révolutionnaires, voire magiques. 

Si l'on fait un peu de tri dans notre mémoire sélective (et surtout si on veut bien arrêter de la laisser au contrôle de certains médias), on pourra ouvrir d'un air amusé l'album des présidentielles de 2007. Ah, que de bons souvenirs ! La belle et blanche Carla n'était pas encore délivrée de son château Faraghi sur la pointe du Cap Nègre, mais les sept nains s'affairaient déjà à construire le scénario parfait du conte de fée. La croissance ? Simplet ira la chercher avec les dents ! Les sans-abris ? Prof avait trouvé LA solution pour les supprimer d'un coup de baguette magique des rues du royaume ! La délinquance ? Grincheux s'en occupait déjà depuis des années et il allait pouvoir l'éradiquer définitivement grâce à ce nouveau quinquennat servi sur un plateau d'argent.

Hélas, les Français ont trop vite oublié leurs cours de littérature où il est rappelé qu'on n'écrit pas de bonnes histoires sans élément perturbateur et sans péripéties. Et là, patatra... la méchante sorcière Crisis est sortie du bois !

 

Mon programme propose aux Français d'éviter de se faire encore raconter des histoires comme à des enfants qu'on essaie d'endormir, pour mieux se tourner vers l'Histoire qui les responsabilise et les fait réfléchir.

Quitte à en décevoir quelques uns, j'affirme qu'il n'est pas possible pour un seul homme de trouver une solution miracle à tous les problèmes, tel un génie qui aurait une nouvelle idée tous les matins en se rasant (J'ajoute au passage que certains auraient mieux fait de se laisser pousser la barbe. Tout le monde sait que c'est un symbole de sagesse).

Plutôt que des idées et des réformes ponctuelles qui n'auraient déjà plus aucune valeur le lendemain matin puisque les marchés financiers se réveillent souvent du mauvais pied, que les collaborateurs internationaux changent aussi régulièrement qu'en France, je préfère proposer aux Français une ligne directrice, un chemin stable où les guides seraient mieux renseignés qu'un âne au milieu d'une forêt tropicale. 

 

Pour cela, j'ai déjà commencé à réfléchir à une équipe que je souhaite vous faire partager. En effet, j'ai toujours trouvé assez curieux de voter pour un seul homme sans vraiment savoir comment ensuite, par le jeu des tractations politiciennes, il distribue le pouvoir aux plus dociles ou aux plus offrants, sans réel souci de qualifications.

 

Voici donc les premières ébauches d'une équipe appelée à s'élargir et s'étoffer au gré des compétences, des envies et des spécialités. L'idée principale de ce gouvernement est d'assurer le plus souvent possible un binôme à la tête de chaque ministère, associant un historien et un spécialiste issu d'un autre corps professionnel, favorisant ainsi les débats, l'expérience et la réflexion. 

Certains ministères ont été regroupés, d'autres disparaissent, et certains apparaissent.

Enfin, quelques ministères demeurent pour l'instant orphelins et nos lecteurs pourront proposer quelques noms. 

 

Robert-Frank.jpgAu ministère des Affaires Etrangères et Européennes : Robert FRANK

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick-Garcia.jpg

 LAURENCE-DE-COCK.jpgAu ministère de l'Education Nationale, de la Recherche et de la Culture : Patrick GARCIA et Laurence DE COCK

 

 

 

 

 

 

 

Antoine-PROST.jpg  Yves-LESCURE.jpgAu ministère de la Défense et des Anciens Combattants et Victimes de Guerre : Antoine PROST et Yves LESCURE 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel-TODD.jpgAu ministère du Travail : Emmanuel TODD

 

 

 

 

 

 

Jean-Noel-JEANNENEY.jpg   Francois-REYNAERT.jpgAu ministère des Médias et de la Communication :  Jean-Noël JEANNENEY et  François REYNAERT (dont je vous conseille au passage les articles dans le Nouvel Observateur. Vous ne pourrez plus vous en passer)

 

 

 

 

 

 

 

 

Au ministère du bonheur et des plaisirs : Alain CORBINAlain-CORBIN.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

christophe-studeny.jpgAu ministère des Sports :  Christophe STUDENY (proposé par Ernst pour ses travaux sur la vitesse et les déplacements - agrégé d'éducation physique et sportive)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc-Boninchi.jpgphilippe-maurice.jpgAu ministère de la Justice :  Marc BONINCHI et  Philippe MAURICE (proposé par Ernst et dont je viens de découvrir la vie absolument incroyable)

 

 

 

 

 

 

 

Au ministère de la Santé :

 

Au ministère de l'Agriculture :

 

Au ministère de l'Economie et du Budget Durables :

 

 

 

Cet organigramme sera complété progressivement au fil des propositions et consultations.

 

Pour écrire ensemble l'histoire, sans perdre la mémoire

Mémorice de France

 

Rejoignez Mémorice de France sur Twitter (ici) et Facebook (ici)

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et politique
commenter cet article

commentaires