Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 14:04

 

La ville de Sedan vient de décider d'autoriser la destruction d'un monument aux morts allemands construit pendant la Première Guerre mondiale dans le cimetière Saint-Charles. La mobilisation grandit à l'échelle locale et nationale pour protéger ce monument mémoriel. 

 

Un monument au statut juridique et mémoriel original

 

carte postale monument aux morts sedan


Le monument en question a été construit par les occupants en 1914. Une inscription en allemand indique : "Nous avons combattu pour le Kaiser et pour la Patrie, et Dieu nous a pris le soleil terrestre. Maintenant que nous sommes libérés des choses terrestres, sa lumière éternelle rayonne sur nous. Sacré soit ce lieu arrosé de sang, trois fois béni soit-il par le sacrifice du remerciement". 

Plusieurs monuments de ce type existent dans le Nord-Est de la France. Ils sont les témoins symboliques d'une présence allemande non négligeable dans l'identité et le paysage mémoriel de la région.

Il n'est d'ailleurs pas anodin de constater qu'ils n'ont pas été détruits pendant et après la Première Guerre mondiale. Au contraire, leur place a été revalorisée durant la Seconde Guerre mondiale.

 

monument-aux-morts-sedan-2.jpg

 

 

Une ruine menacée depuis 1971

La singularité mémorielle de ces édifices a pour conséquence un statut juridique particulièrement précaire. En effet, qui est censé assurer leur entretien ? La France car ils sont construits sur son territoire national ? Ou bien l'Allemagne qui est le commanditaire et le garant de la mémoire de ses soldats morts au combat ? 

A défaut d'une réponse claire, le monument du cimetière Saint-Charles à Sedan s'est progressivement délabré, jusqu'à devenir une véritable ruine qui menace les autres sépultures.

 

monument-aux-morts-allemands.jpg

 

Les premières démarches visant à détruire le monument remontent à 1971. L'opération avait été arrêtée in extremis par le préfet refusant que l'armée soit chargée de cette tâche.

Vingt ans plus tard, en 1991, le maire de Sedan décide à nouveau d'une destruction. Encore une fois, le projet est abandonné pour les mêmes raisons : l'armée, qui détient les moyens d'intervention, ne reçoit pas l'autorisation de passer à l'acte. Officiellement, il s'agit d'un blocage administratif. Officieusement, on comprend bien qu'il était particulièrement maladroit de demander aux forces armées françaises de pratiquer la destruction d'un monument en mémoire des forces armées allemandes tombées sur le champ de bataille.

Ce n'est qu'en 2011 que le sujet est remis sur la table des négociations avec encore une fois pour décision finale... la destruction ! Quelques rumeurs prétendent même que le monument allemand serait remplacé par un ossuaire des Morts pour la France de Sedan...

 

Un contexte peu favorable à l'effacement de la mémoire

Nous sommes cependant en 2011 et le contexte n'est pas vraiment favorable à cette solution de facilité.

D'un point de vue purement comptable, il est évident que la destruction serait plus raisonnable.

D'un point de vue politique, social et culturel, l'opération n'est pas très heureuse.

La société d'histoire et d'archéologie du Sedanais (SHAS) est donc partie en lutte contre cette entreprise de destruction programmée. Parmi ses arguments figurent notamment des considérations patrimoniales (il s'agit d'un des premiers bâtiments publics à avoir été construit en béton armé) et des motifs mémoriels ("Il me semble donc tout à fait innoportun et contraire à l'intérêt général d'envisager la destruction de ce monument funéraire, en particulier en ces temps où le devoir de mémoire est si souvent remis en cause et où sa promotion est un combat de chaque instant afin de contrecarrer le retour des nationalistes et autres extrémistes").

 

Societe-d-histoire-et-d-archeologie-du-Sedanais.jpg

Lettre de Sébastien HAGUETTE, Président de la SHAS, au Maire de Sedan.

 

Si j'adhère au premier argument de Sébastien Haguette, je reste plutôt perplexe quant à la suite de son argumentaire. Quelle est cette remise en cause de la mémoire qui nécessite un combat de chaque instant ? L'actualité que nous traitons quotidiennement sur ce blog nous montre plutôt que les manifestations mémorielles sont particulièrement nombreuses et dynamiques depuis quelques décennies.

 

Quoiqu'il en soit, je soutiens le combat de cette association contre ce projet de destruction dommageable pour l'histoire (c'est la destruction d'une archive qui est programmée), pour le patrimoine et pour la mémoire locale, nationale et européenne.


A seulement quelques mois du lancement des  commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale annoncées comme particulièrement fastueuses et ambitieuses, il serait plutôt surprenant (et malvenu) de constater qu'un monument essentiel pour la compréhension de cette période de l'histoire a été planifié sans que personne ne s'en inquiète. Certains ne manqueront alors pas de comparer les frais occasionnés par de telles festivités en petis-fours et autres moquettes synthétiques visant à protéger les talons (et talonnettes) des officiels en visite avec les subventions refusées pour la protection du patrimoine. Et ils auront raison ! 

 

PS : Vous pouvez soutenir le mouvement de contestation de cette destruction en écrivant à la mairie de Sedan et/ou en diffusant cet article.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Lieux de mémoire
commenter cet article

commentaires