Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi ?

  • : Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • Histoire, Mémoire et Société (ISSN : 2261-4494)
  • : Ce blog se propose tout d'abord de recenser et d'analyser les réminiscences régulières de la mémoire dans notre actualité. Il vise aussi à rassembler différentes interventions d'historiens, mais aussi d'autres spécialistes, sur le rôle et les conséquences de la mémoire dans nos sociétés. Enfin, des réflexions plus fouillées sont proposées ponctuellement sur les manifestations de la mémoire dans les sociétés d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. ISSN : 2261-4494
  • Contact

C'est Qui ?

  • Mickaël BERTRAND
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.
  • Citoyen, historien et enseignant, j'ai souhaité partager sur ce blog mes réflexions quotidiennes sur la place de l'histoire et de la mémoire dans l'actualité nationale et internationale.

Partenaires

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Cherche La Pépite

3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 06:29

 

Au lendemain du débat de l'entre-deux tours et à quelques jours de l'échéance électorale, il nous semblait important de faire un point sur ce blog des rapports qu'entretiennent Nicolas Sarkozy et François Hollande avec l'Histoire et les mémoires.  

Mémorice de France a eu l'occasion pendant toute la campagne de nous signaler les rares développements liés à cette question dans les discours et programmes des candidats. Aujourd'hui, il est temps de faire le bilan.

Nous précisons cependant en introduction que si nous considérons comme essentielles ces thématiques historiennes dans le cadre de ce blog, nul ne saurait penser qu'elles doivent constituer l'unique argument d'un positionnement électoral.

 

François Hollande a perdu son manuel d'histoire

Le rapport de François Hollande avec l'Histoire a été très discret durant toute la campagne.

Le moment le plus révélateur a probablement été cet entretien qu'il a accordé à Emmanuel Laurentin pour l'écriture de son recueil : Que doivent-ils à l’histoire ? (coéd. Bayard/France Culture, 2012, 186 p., 16,50 €).

 

QueDoiventIlsHistoireCOUV défintive

 

Dans ce livre, François Hollande pioche essentiellement ses références dans l'histoire contemporaine : l'histoire des guerres du XXe siècle de par son histoire familiale et l'histoire de la IIIe République pour le cheminement de ses idées politiques. A l'exception de cet entretien qui apparaît donc comme précieux, peu de textes permettent de comprendre sa lecture de l'histoire.

 

Ses interventions sont en revanche beaucoup plus nombreuses sur le terrain des mémoires.

Dès le lendemain de son élection comme candidat du Parti Socialiste à la suite des primaires, il s'est rendu en compagnie de l'historien Benjamin Stora à Asnières pour commémorer les victimes algériennes du 17 octobre 1961 qui furent jetées dans la Seine par les forces de l'ordre française.

Quelques mois plus tard, c'est encore sur le front mémoriel de la Guerre d'Algérie qu'il intervient en signant une tribune dans le journal Le Monde. Ce texte (qui a mystérieusement disparu depuis) est un vibrant appel aux Français et aux Algériens à "mener ensemble un travail de mémoire". Les harkis, les familles rapatriées, les immigrés... personne n'est oublié dans ce texte pour le moins consensuel. Cela n'a d'ailleurs pas échappé à Pierre Pachet qui lui répond dans les mêmes colonnes le lendemain que si le candidat est si prompt à investir le terrain de la mémoire, c'est probablement pour dissimuler le rôle qu'il qualifie de "néfaste" de ses prédécesseurs au Parti Socialiste.

L'orientation mémorielle de la campagne de François Hollande s'est d'ailleurs confirmée dans l'entre-deux tours par la visite du Mémorial de la Shoah à Paris le dimanche 29 avril dans le cadre de la Journée nationale du souvenir de la Déportation. Encore une fois, la mémoire est convoquée dans une perspective de rassemblement puisque le souvenir de cette période de l'Histoire est censé être "ce qui nous réunit tous autour de la Mémoire, de la lutte contre la haine, du rappel de notre histoire, des valeurs et de la défense de la dignité humaine".

 

Notons cependant pour conclure que François Hollande a pris un engagement fort envers l'Histoire. Dans son discours sur l'École et la Nation à Orléans le 9 février, il a déclaré " Je rétablirai l'enseignement de l'histoire en terminale scientifique". Dont acte.

 

 

Nicolas Sarkozy ou l'histoire martyrisée

Le président-candidat bénéficie d'une distinction par rapport à son challenger qui, dans ce domaine, relève du handicap : son bilan. 

Dès sa campagne électorale de 2007, l'Histoire et la mémoire ont été des éléments forts de son programme passant par un refus de ce qu'il qualifiait alors de "repentance".

A contrario, voulant chausser très tôt le costume grave de la posture présidentielle, il s'est essayé à divers projets de recueillement mémoriel. Ce fût tout d'abord l'instauration d'un pèlerinage au plateau des Glières mais  il a été accueilli chaque année par une contre-manifestation dénonçant le détournement politique de la mémoire des Résistants. Puis il a proposé un peu précipitamment de faire parrainer la mémoire des victimes de la Shoah par des enfants de CM2. L'initiative a provoqué un véritable tollé chez les parents, les pédagogues et même Simone Veil (qui avait pourtant soutenu le président en campagne) s'est prononcée contre un tel projet. Viennent ensuite le projet vite oublié de lire tous les ans la lettre de Guy Môquet, le projet encore en souffrance d'instaurer une Maison d'Histoire de France, celui d'une loi de pénalisation de la négation du génocide arménien retoquée au Conseil Constitutionnel...

Toutes ces initiatives ont fait l'objet de nombreux bilans et analyses notamment sur ce blog depuis sa création, dans le Nouvel Observateur sous la plume d'Audrey Salor, mais encore plus récemment dans les colonnes du magazine L'Histoire dans une chronique rédigée par des étudiants en Master de journalisme à Sciences Po Paris.

Sarkozy-et-l-histoire-vu-par-Plantu.png

 

Le bilan a été jugé tellement sévèrement par la plupart des commentateurs que le principal intéressé avait visiblement décidé de passer sous silence cette thématique durant la campagne. C'est probablement pourquoi il a décliné la demande d'entretien avec Emmanuel Laurentin.

C'était cependant sans compter sur la pugnacité des professionnels de l'Histoire qui ont particulièrement souffert du précédent quinquennat : plusieurs historiens (parmi lesquels Nicolas Offenstadt et Jean-Noël Jeanneney) ont publiquement pris position durant la campagne ; Les archivistes n'ont pas non plus infléchi leur mobilisation contre le projet de Maison d'Histoire de France ; enfin les professeurs d'histoire-géographie ont dénoncé avec une grande constance la suppression de l'enseignement de cette discipline en classe de Terminale scientifique.

 Un collègue de la Réunion a d'ailleurs subi les conséquences des crispations présidentielles autour de l'histoire. Lors du passage du président-candidat dans la région le 4 avril, il s'est rendu sur place avec une simple banderole indiquant "Vive l'Histoire-Géographie !". En seulement quelques minutes, les forces de l'ordre ont confisqué et déchiré son matériel, plaqué l'homme contre un mur, avant de le conduire au commissariat de police pour une vérification d'identité.

 

L'attente est donc forte autour de ces questions dans la perspective de la prochaine échéance électorale et surtout, des actes qui suivront.

Dans sa première déclaration publique après son élection, François Mitterrand avait déclaré en 1981 qu'il mesurait "le poids de l'Histoire". Quelques jours après sa victoire en 1995, Jacques Chirac avait prononcé un discours courageux et novateur sur la responsabilité de Vichy dans la déportation. 

Le prochain président de la République, qu'il soit nouveau ou reconduit, saura-t-il lui aussi rendre hommage à l'Histoire ? Nous resterons en tout cas attentifs sur ces questions. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mickaël Bertrand Mickaël BERTRAND - dans Mémoires et politique
commenter cet article

commentaires